Les jeunes et la jalousie : Un peu ça va, beaucoup … bonjour les dégâts





Le désir de possession exclusive de la personne aimée et la crainte de la perdre peuvent légitimer le sentiment de jalousie. Mais lorsque ce sentiment est poussé à l’extrême, il prend une forme plutôt maladive surtout lorsque cette jalousie se transforme en un mauvais sentiment d’envie qu’on éprouve en voyant d’autres jouir d’un avantage qu’on ne possède pas ... Au point de vouloir le leur ... arracher. Les jeunes sont-ils jaloux et jusqu’à quel degré? Tunis - Le Quotidien Balzac disait : “Quand une femme n’est plus jalouse, elle n’aime plus son mari”. Il semble donc que la jalousie est un sentiment tout à fait naturel et humain quand il y a de l’amour dans l’air. Omar, 17 ans avoue réagir parfois de manière un peu “gauche” quand on cerne de près sa bien-aimée “En amour, la jalousie n’a pas de sexe. Hommes et femmes sont victimes de ce sentiment puisqu’ils sont sous l’emprise de l’amour. Il est tout à fait normal qu’on ne supporte pas l’existence de rivaux. Cela dit, même ce genre de jalousie ne doit jamais être extrême à moins qu’on n’ait pas confiance en nous ou en notre partenaire. Là, il ne s’agit plus de jalousie d’amour, c’est une forme de doute maladif et de manque de confiance en soi”, dit-il. Fouad, 18 ans pense aussi que la seule forme de jalousie “permise” est celle qui concerne les amoureux. “Il m’arrive d’éprouver de la jalousie lorsque quelqu’un s’approche de la fille que j’aime. Mais, je pense que ce sont les filles qui piquent le plus des crises de jalousie. Les filles peuvent être jalouses de la sœur de leurs partenaires, de ses amis et de sa camarade de classe ! La nature féminine est plus compliquée. Certes, nombre d’hommes ont encore une partie du cerveau un peu ... “rétro”, mais ils ne sont pas jaloux. Cela a plutôt un rapport avec l’honneur et la fierté. Or les filles ne fonctionnant pas de la même manière. Elles sont presque toutes possessives et sont jalouses les unes des autres”, dit-il. Kaïs, 18 ans partage le même avis concernant la jalousie amoureuse. “Une jalousie modérée et justifiée en amour est facile à concevoir. Mais je ne comprends pas comment peut-on être jaloux des frères, des sœurs ou même de personnes inconnues ! En fait, ce genre de jalousie bascule dans le camp de l’envie et c’est méchant. A mon sens seules les personnes ratées et négatives qui ne cherchent jamais à évoluer, sont des envieuses. Elles se lamentent sur leur sort et ont l’impression, qu’injustement, la vie ne leur a pas fait de cadeaux et parlent toujours de malchance. Elles se rebiffent contre le mérite des autres et éprouvent un désir ardent d’être à leur place. Cette forme de jalousie est inadmissible et je suis incapable d’admettre un tel comportement, cela sent la rancune et la méchanceté”, dit-il. Saïf, 17 ans n’a jamais été sujet à l’envie ni à la jalousie. “J’ai une grande confiance en moi et je me sens beaucoup plus digne que de tomber dans la “bassesse” de me comparer à d’autres. Il m’arrive de dire “j'envie telle personne d’avoir telle chose” ... Mais cela reste une façon d’exprimer que je suis heureux pour lui, que j’aime faire comme lui mais surtout pas d’être à sa place! Je pense que l’envie est une spécialité féminine. En circulant dans la rue, il suffit qu’une belle fille bien vêtue passe, pour que la majorité des filles se mettent à la toiser et la regarder avec beaucoup de haine et de malveillance. Je ne serai jamais capable d’agir de la sorte. Elles sont jalouses entre elles et ne supportent pas qu’une fille de leur entourage soit aimée, chouchoutée, appréciée, qu’elle soit plus belle, plus intelligente ... C’est incroyable, mais elles sont spécialistes en jalousie. D'ailleurs nombre de filles se mettent à médire une autre rien que parce qu’elle jouit d’un atout”, dit-il. Rim, 19 ans reconnaît être très jalouse mais sans qu’elle soit envieuse pour autant. “Je suis jalouse de tous ceux qui s’approchent de mon territoire : ma mère, mon père, mon fiancé, ma meilleure amie. Je ne supporte pas que les êtres que j’aime le plus accordent plus d’intérêt à une autre personne que moi. Je n’y peux rien c’est une nature. Je sais que cela peut être étouffant pour ceux que j’aime excessivement, mais je fais toujours de mon mieux pour combattre cette mauvaise nature. Toutefois, je n’ai jamais envié quelqu’un avec mépris. Au contraire, j’aime voir tout le monde mener une vie dans les meilleures conditions, cela me fait énormément plaisir et cela m’incite à faire plus d’effort tout en me disant : “cette personne mérite de réussir je dois redoubler d’efforts pour réussir comme elle et je ne pense jamais à la regarder de travers où à lui souhaiter tout le mal du monde. Là c’est vraiment ... vilain !”, dit-il. Abir Chemli Oueslati


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com