2ème journée du Bac : Messaâdi fait le bonheur des littéraires





•Mi-figue mi-raisin pour les scientifiques Après une bonne entrée en matière avant-hier avec la philosophie lors de la première journée, les candidats au Bac ont affronté hier les épreuves des matières de base. Des épreuves “mi-figue mi-raisin” pour les scientifiques alors que les littéraires, ayant parié, semble-t-il, sur Mahmoud Messaâdi, n’ont pas été déçus. Tunis - Le Quotidien Dans l’ensemble, la deuxième journée de l’examen du baccalauréat qui s’est déroulée hier, est passée dans le calme pour toutes les sections même si les candidats de l’Economie et Gestion ont dû faire face à une épreuve assez dure. Les épreuves d’hier ont concerné en fait les matières de base pour toutes les sections. Les candidats des Lettres ont passé l’épreuve d’arabe, les mathématiques pour les Matheux, une épreuve de gestion pour les candidats d’Economie et de Gestion, un examen de sciences naturelles pour les spécialistes en la matière et la technique pour les technologues. Messaâdi attendu La majorité des candidats de la section Lettres dont nous avons recueilli le témoignage à chaud, nous affirment que l’épreuve a été à la portée d’autant plus que les mauvaises surprises n’étaient pas au rendez-vous. L’épreuve d’arabe qui a été proposée aux candidats de cette section a comporté un premier énoncé de réflexion sur la poésie d’Al Mutanabbi, un deuxième sujet sur le conflit entre les personnages dans l’œuvre de Taoufik Al Hakim (Ahl-Al-Kahf) et un texte de Mahmoud Messaâdi, extrait de “Haddatha Abou Houraïra kal”. La candidate Mona Khthiri, section Lettres, affirme que l’épreuve a comporté trois sujets à la portée. “Il faut dire que la majorité écrasante des littéraires ont opté pour le texte de Messaâdi qui n’était pas difficile à analyser”, affirme-t-elle. “Après le décès de Mahmoud El Messaâdi, on n’avait aucun doute qu’on allait nous le proposer au Bac”, ajoute-t-elle. Pour les deux autres sujets, la majorité des candidats affirment que c’était des épreuves faciles à traiter. S’agissant des filières scientifiques, et excepté la section Economie et Gestion, les choses se sont passés dans de bonnes conditions. Les matheux n’ont pas rencontré de grands problèmes pour résoudre les problématiques de l’épreuve. Raouiya Akkari estime à cet effet que l’épreuve était facile à traiter. “Tout était clair et nous n’avons pas rencontré de difficultés”, indique-t-elle. Sa camarade Sawssen Ben Rjeb pense aussi que l’épreuve était plus facile que celle de l’édition du Bac 2004. “On aura certainement plus de chances à décrocher de bonnes notes”, affirme-t-elle. “Ambiguïté pour la Gestion” Si les Matheux et les Littéraires ont eu l’opportunité de traiter des sujets simples et à la portée, les candidats de la section Economie semblent manifester un certain mécontentement en quittant les salles d’examens. Yassine Bnina, candidat de cette filière, affirme à ce propos que l’énoncé verse dans l’ambiguïté. “Nous avons eu beaucoup de peine pour comprendre exactement les questions qui ont été formulées dans un style que ne précise pas ce qui nous est demandé de faire”, indique-t-il. Et d’ajouter : “L’absence de questions mathématiques n’est pas logique puisque durant toute l’année scolaire, on a été toujours appelé à résoudre des problèmes à travers le calcul”. Enfin pour ce qui est des élèves de la 4ème année Sciences naturelles, l’épreuve a été selon l’avis de la majorité à la portée. Ramzi Bellamine, candidat en Sciences naturelles, souligne à cet effet que “excepté l’analyse qu’on a été appelé à faire dans la deuxième partie du devoir, l’ensemble a été facile à traiter”. Après la journée d’hier, toutes sections confondues, les candidats s’offrent aujourd’hui une trêve d’une journée avant d’entamer demain une deuxième et dernière phase du marathon du baccalauréat version 2005. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com