Législatives palestiniennes : Abbas joue les prolongations, le Hamas grogne





Le président Mahmoud Abbas a mécontenté les radicaux du Hamas en annonçant un report des élections législatives du 17 juillet dans les territoires palestiniens dans le but d'obtenir du Parlement le vote d'une nouvelle loi électorale. Le Quotidien-Agences Dans un communiqué, Abbas précise qu'il fera connaître ultérieurement la nouvelle date du scrutin. Le Mouvement de la résistance islamique, dont ce sera la première participation à une semblable consultation, a immédiatement réagi en dénonçant "une violation des intérêts nationaux palestiniens" et de l'accord passé avec Abbas sur le respect de la trêve des attentats négociée en février avec Israël. "Il est clair que la décision de reporter la consultation résulte de considérations de parti étroites", a déclaré Mouchir Al-Masri, porte-parole du Hamas à Gaza, en faisant allusion au Fatah, la formation présidentielle. Le Hamas, qui espère faire bonne figure au prochain scrutin législatif, était opposé à un report. Il a plusieurs fois accusé le Fatah de manœuvres dilatoires pour se maintenir au pouvoir. En mars, le Hamas avait accepté d'observer une période d'accalmie à la suite de la trêve conclue en février entre Abbas et le Premier ministre israélien Ariel Sharon. Il avait obtenu en échange la promesse implicite d'Abbas d'une répartition plus équitable du pouvoir reflétant le résultat des élections à venir. Le Hamas a participé pour la première fois à une consultation populaire à la fin de l'année dernière, remportant des sièges dans plusieurs municipalités de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, et il préparait déjà activement les élections législatives de juillet. Mais des responsables du Fatah avaient prévenu la semaine dernière que le scrutin serait vraisemblablement reporté en raison de divergences apparues en son sein concernant la réforme de la loi électorale réclamée par Abbas pour accroître les chances de petites formations telles que le Hamas. Abbas a encouragé le mouvement islamiste à entrer dans le jeu politique afin de renforcer la trêve et d'accroître la légitimité de ses démarches de paix. Les relations entre les deux formations ont été affectées par la tenue prévue de nouvelles élections municipales dans la bande de Gaza, les tribunaux ayant annulé plusieurs victoires du Hamas à la suite de recours déposés par le Fatah. Ce nouveau scrutin était prévu le 1er juin, mais a été reporté en raison d'une menace de boycottage brandie par le Hamas, très populaire dans une partie de la bande de Gaza et de la Cisjordanie en raison de son action caritative sur le terrain, auprès des réfugiés et des familles des auteurs d’opérations anti-israéliennes notamment.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com