Mode de vie occidentale : Les jeunes Tunisiens consomment avec goût et modération





Il suffit de remarquer les coupes de cheveux, la manière de s’habiller et même la façon de parler de la majorité des jeunes Tunisiens pour avoir l’impression du déjà vu... ailleurs. Seuls le teint et l’accent divulguent leur identité arabe. Il semble que les jeunes consomment sans modération tout ce qui provient de l’Occident. Ce constat est-il vrai ? Comment expliquer le phénomène d’une imitation quasi aveugle? Les Occidentaux portent des habits qui sont créés selon leurs croyances et leurs états d’âme. Ils croient à certaines doctrines, certains courants, certaines idées et philosophies qu’ils manifestent à travers leur apparence physique, des slogans et des signes. Nombre de jeunes Tunisiens portent aussi des signes: tao, yin et yang, signe de la paix... Sauf que la majorité de ces porteurs de symboles répondent par le... niet à la signification et l’histoire de ces signes. Que cherchent-ils donc à prouver en imitant ce que font les autres jeunes? Belhassen, 21 ans, étudiant, reconnaît qu’il “suit” le courant. Sur un ton amer le jeune homme pense que les productions locales manquent d’originalité et de création, il préfère donc “copier” ce qui existe ailleurs. “Je sais que la majorité des jeunes Tunisiens passent par une crise identitaire. Nous sommes très loin du développement occidental et on se contente de consommer sans modération. Il se peut aussi que cela émane d’un complexe d’infériorité que nous nourrissons. Les jeunes occidentaux sont meilleurs: habit, look, moyens, capacités intellectuelles et même physiques. Il est, dans ce cas, légitime de vouloir être comme eux et tâcher d’être autant civilisés”. Belhassen donne l’impression de vouloir évoluer très vite sauf que le jeune homme ne pense pas se secouer les méninges pour créer. Il se contente de consommer. Mohamed Amine, 21 ans, étudiant, a une autre vision des choses. Certes, il s’habille en jean et tee-shirt mais, il le fait pour d’autres raisons. “Je ne suis pas trop porté sur tout ce qui provient de l’Occident. Si je m’habille en jean, tee-shirt, c’est parce que cela est pratique. Je ne suis pas contre le fait qu’on... “copie”, mais pourquoi eux ne nous imitent-ils en rien? C’est la question que doivent se poser les jeunes Tunisiens. Je suis tout à fait hostile au comportement des filles tunisiennes qui se montrent conformes aux autres. Nos coutumes et nos croyances sont totalement différentes et je ne peux toujours pas concevoir qu’une fille se perce, se tatoue ou montre son nombril. J’aurais aimé trouver des habits très “in” tout en gardant une touche arabe, d’ailleurs c’est un créneau porteur. En outre, il serait peut-être plus judicieux de les imiter sur ce qu’ils font. Hélas, la majorité d’entre nous ne miment les Occidentaux que sur un seul point: les apparences”, ajoute-t-il. Amine met l’index sur un problème de fond. Pourquoi ne tâchons-nous pas de perfectionner nos œuvres au lieu de rester dans la passivité. Ramzi, 19 ans, élève, a un look très “in”. Sauf que le jeune homme ne pense pas que les produits tunisiens ne sont pas satisfaisants. “Je consomme généralement tunisien. Même si j’ai une apparence proche des jeunes occidentaux, c’est parce que les créateurs tunisiens imitent et je n’ai donc pas le choix. D’ailleurs, certains de nos produits sont meilleurs. Je ne me sens aucunement inférieur aux autres jeunes. Ils ont juste une plus large marge de liberté et plus de moyens. Si nous avions les mêmes avantages et les mêmes moyens qu’eux, nous aurions fait des miracles. Je suis persuadé toutefois que nous arriverons un jour à les surpasser et il ne faut jamais croire ce qui se passe dans les films. Certes, nous sommes moins développés, mais les Tunisiens sont sur les bons rails, ils ont juste besoin d’un coup de pouce et d’une mentalité plus ouverte”?, dit-il. Khalil, 19 ans, n’éprouve pas non plus de complexe par rapport aux Occidentaux. “Les Arabes ont perdu de leur aura..., il y a des siècles. Nous sommes capables de regagner les premières places, si nous avons les moyens. Les jeunes ne sont qu’un échantillon. Et nous, autres Tunisiens, n’avons rien à nous reprocher. Je trouve que nous sommes assez conscients pour ne pas tout reproduire. Je suis en train de remarquer des efforts notables: amélioration et diversification des produits, modernisation de nombreux secteurs. Certes, nous avons un look proche des Occidentaux, mais ce fait est seulement une question de mode. Ce qui nous plaît, on le met, pourquoi cela doit être interprété différemment? Je trouve, par ailleurs, que les arts sont un domaine que nous réussissons. Le cinéma arabe est meilleur que le cinéma européen. Nous manquons de moyens. Les jeunes ont beaucoup d’idées créatives, ce sont les moyens qui nous font défaut”, dit-il. La majorité de nos interlocuteurs semblent faire preuve de conscience. L’imitation est conçue comme un “mal” nécessaire du moment que cela rime avec mode. Toutefois, les jeunes semblent avertis contre certaines choses qui ne peuvent aucunement être reproduites si elles sont contre nos us et coutumes... Une question s’impose: si ces jeunes avaient tous les moyens qu’il faut, seraient-ils vraiment créatifs? Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com