Basket/ L’E. N. qualifiée à la CAN 2005 : Après la répugnance, la délivrance





A l’issue d’un tournoi rocambolesque et digne des films de pure fiction, la Tunisie a assuré sa qualification au championnat d’Afrique des nations qui se tiendra à Alger en août prochain. Témoignages du D.T.N, Habib Chérif, présent à Fès avec la délégation tunisienne, rentrée avant-hier dimanche, vers le coup de 23h00. Rappelons avant tout que ces éliminatoires zonales ont réuni trois nations, le Maroc, pays organisateur, la Libye et la Tunisie. Il fallait jouer en aller-retour et le premier classé se qualifie directement au CAN 2005. Avait-on prévu au préalable tous les cas de figure, y compris une égalité parfaite entre deux équipes au moins ? Ce à quoi rétorque Habib Chérif: “Tout à fait. Et dans ce cas précis, il fallait recourir au coefficient (attaque sur défense) entre les deux équipes, concernant leurs confrontations directes, comme le stipulent les règlements de la FIBA (article 10). Et dans une réunion qui s’est tenue en place avant le démarrage du tournoi en présence des représentants des trois nations, et présidée par l’Algérien Hammou (président zone I), cette résolution devait être prise en compte. Le hasard a voulu que ce scénario soit de mise et nous étions avantagés (1,147 contre 1,125). Mais juste avant notre dernière rencontre face à la Libye que nous devions remporter même par le plus petit écart, on a appris que les organisateurs avaient modifié le règlement en optant, non plus pour le point-avérage, mais pour le goal-différence de tous les matches du tournoi”. Tournure qui a contraint les nôtres à vaincre la Libye par le plus grand écart, comme en témoigne le score (120-76). Précisions du D.T.N. “En effet, il nous fallait dès lors privilégier l’écart au niveau du score pour parer à toute mauvaise surprise. Et là, je profite de l’occasion pour rendre hommage à nos joueurs qui se sont investis à fond, opérant avec beaucoup de cœur. A l’arrivée: 44 points d’écart”. Il faut avouer toutefois que ce score n’a pas manqué d’étonner. Il n’en fallait pas plus pour que les Marocains accusent les Libyens de passivité et d’indolence. Argument que Habib Chérif réfute radicalement: “C’est tout à fait erroné. Après deux défaites successives, les Libyens étaient tout naturellement démobilisés, puisque mathématiquement boutés. Il y avait tout simplement une différence de motivation”. Il fallait donc attendre le résultat du dernier match entre le Maroc et la Libye. Et ce, fut incontournablement la mascarade avec deux arbitres (un Egyptien et un Algérien) totalement acquis à la cause du pays organisateur. Les Libyens, complètement tournés en dérision, durent abandonner à quelques minutes de la fin du match. Précisions de Habib Chérif: “En effet, il restait exactement 5’29” et le Maroc menait par 35 points d’écart. Si le match avait duré jusqu’à la fin, celui-ci aurait atteint les 70 points, vu l’insolente partialité des arbitres. Face à cette situation, les Libyens ont préféré se retirer. Dans ce cas de figure, le règlement donne le Maroc vainqueur par 20 - 0, ce qui permet à la Tunisie de terminer en première position”. Le cinq national a donc fait l’essentiel. Mais quel arrière-goût d’amertume d’écœurement, et de répugnance ce tournoi aura laissé ! Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com