Le S.G. de l’OCI : “La profanation du Coran est une affaire répugnante”





* La réforme de l’OCI est imposée par la conjoncture internationale La réforme de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) la sauvegarde des lieux saints dans les Territoires occupés et la situation en Irak étaient les principaux thèmes soulevés par les journalistes au cours d’une conférence de presse tenue hier à Tunis par le S.G. de l’Organisation de la Conférence Islamique. Tunis - Le Quotidien M. Ekmeleddin Ihsanoglu, premier S.G. élu de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) a affirmé hier que la profanation du Coran dans la prison de Guantanamo est une affaire répugnante qui n’a pas son égal dans l’histoire de l’humanité. “Ce sont des agissements inacceptables”, a-t-il dit. Le S.G. de l’OCI a déclaré que son organisation avait immédiatement alerté le département d’Etat américain en la personne de Condoleezza Rice et demandé l’ouverture d’une enquête. Les investigations ont permis de confirmer 5 cas de dégradation du Coran. L’OCI a exigé que les auteurs de ces actions soient présentés devant la justice. “Si les responsables (américains) ne prennent pas les mesures qui s’imposent l’affaire prendra des dimensions négatives car les Musulmans ne tolèrent pas de tels agissements”, dit-il. Et d’ajouter : “nous attendons encore la réponse officielle car les premières réactions proviennent de responsables militaires”. Le S.G. de l’OCI a expliqué que ces actions visaient à briser le moral des prisonniers. “Je trouve des difficultés à décrire ce qui s’était passé”, dit-il. La réforme de l'Organisation a été longuement abordée par M. Ihsanoglu. La conjoncture internationale exige des différentes organisations la révision de leurs conceptions et leurs méthodes de travail. L’OCI est confrontée à des défis importants et se doit de revoir ses moyens d’action. Le projet de réforme présenté par M. Ihsanoglu est autour de quelques thèmes dont notamment : l’évolution des méthodes d’action, le renforcement par l’apport des structures professionnelles, l’augmentation du rendement, l’amélioration des conditions de travail, l’élargissement de la réflexion sur des questions fondamentales. “Le statut de l’OCI ne répond plus aux préoccupations des pays membres”, dit-il, ajoutant “Nous avons un agenda très chargé. Il doit prendre en considération le renforcement de la coopération économique, sociale et scientifique entre les pays membres de l’organisation, nous avons des défis très importantes à relever”. Le SG de l’OCI a annoncé, par ailleurs, avoir présenté une proposition aux instances onusiennes pour la représentation du Monde islamique au Conseil de sécurité. “L’actuel équilibre”, a-t-il dit “est basé sur les conséquences de la deuxième guerre mondiale. Nous devons dépasser cette conception”. M. Ihsanoglu a affirmé avoir trouvé tout l’encouragement de la Tunisie et de son Président Zine El Abidine Ben Ali “nous comptons beaucoup sur la Tunisie pour faire avancer le processus de réforme de l’Organisation”, a-t-il précisé. Le SG de l’OCI a en outre mis en garde contre les dangers qui menacent le 3ème lieu saint de l’Islam, la mosquée d’Al Aqsa à El Qods. Le peuplement autour de la ville a pris des proportions très graves et commencent à l’étouffer. “J’ai envoyé une lettre au Quartet demandant à la Communauté internationale de prendre ses responsabilités à ce sujet”. Lotfi TOUATI ________________________ M. Ihsanoglu au “Quotidien” : “Nous sommes obligés d’agir ...” *Le Quotidien : L’OCI a-t-elle été confrontée à des pressions extérieures pour entreprendre des réformes ? - M. Ihsanoglu : On pose souvent cette question. Ma réponse est claire : non. Cependant, de par mon expérience personnelle de 25 ans au sein de l’organisation, j’ai été soutenu par les Etats membres pour entreprendre des réformes. Nous sommes obligés de prendre des initiatives avant qu’elles ne parviennent de l’étranger. *L. Q. : Quelle est la vision de l’OCI quant à la situation en Irak? - M.I. : Malgré l’effusion du sang dans ce pays et la situation qui prévaut je crois que l’unique solution réside dans la poursuite du processus de démocratisation, que nous soutenons. J’espère que le nouveau gouvernement va contribuer à alléger les souffrances du peuple irakien et à lui procurer la paix et la stabilité.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com