“Anthologie du théâtre tunisien : Un certain goût d’inachevé





La publication au mois de mars dernier du livre de Samir Ayadi intitulé: “Anthologie du théâtre tunisien” a nourri beaucoup d’espoir de voir enfin paraître un ouvrage récapitulant et immortalisant l’historique du théâtre tunisien. Mais cette anthologie n’est pas si exhaustive comme on croyait lors d’une rencontre tenue jeudi après-midi et clôturant la cascade de rencontres-débats organisée par le club : “Livres et problématiques”, Samir Ayadi a procédé à la présentation des principales idées et de la démarche méthodologique adoptée dans son livre. L’auteur a expliqué que son anthologie vient inaugurer une nouvelle phase entrant dans le cadre de la sauvegarde et l’immortalisation des auteurs des textes théâtraux et des pièces présentées pendant près d’un siècle dans les espaces culturels de la Tunisie. “Anthologie du théâtre tunisien” restitue l’histoire et l’évolution du mouvement théâtral, à travers une synthèse des textes de 52 pièces théâtrales, réparties en 52 chapitres et appartenant à 52 auteurs dans sa version arabe, et 54 textes dans la version française. Mais dans la bibliographie de cette anthologie, Samir Ayadi s’est référé à près de 155 textes des pièces théâtrales issues de toutes les écoles de théâtre. L’auteur a également opéré une classification des textes rédigés en arabe littéraire et ceux en dialecte tunisien. Cette classification fait ressortir que 42 pièces rédigées en arabe littéraire sont des plus célèbres. Seulement, dix textes rédigés en arabe dialectal figurent dans cette anthologie. L’ensemble de ces textes appartiennent à des auteurs tunisiens célèbres qui ont accompagné, de par leur plume, les créations théâtrales, durant la période de 1909 à 2005, au cours de laquelle le théâtre tunisien a connu des hauts et des bas. D’un volume de 428 pages, cette anthologie est divisée en deux parties. La première présente les textes des pionniers du théâtre tunisien, comme Noureddine Ben Mahmoud, Mohamed Jaïbi, Ahmed Kheireddine entre autres. La seconde partie répertoire les écrits des grands noms du théâtre contemporain tunisien à l’instar de Mohamed Driss, Jelila Bacar, Taoufik Jebali etc... * Quelques insuffisances Toutefois, à ne pas perdre de vue, bien que cette anthologie se veut un ouvrage exhaustif qui se donne pour principale tâche, la sauvegarde du patrimoine théâtral tunisien, elle se révèle, sur un autre plan, un livre qui a omis quelques grands noms du théâtre tunisien, à l’instar de Mouna Noureddine, Abdelaziz Meherzi, parmi tant d’autres. Pourquoi donc une elle omission, dans un ouvrage qui se réclame de la catégorie des anthologies? Samir Ayadi a évoqué, pour répondre à cette question, plusieurs raisons. Selon l’auteur, au moment des recherches documentaires, un problème s’est posé au niveau des répertoires. “Les noms de certains auteurs des pièces ont été répertoriés, alors que leurs textes ne figurent ni dans les bibliothèques, ni dans certaines archives concoctées par l’Union des écrivains tunisiens ou dans d’autres endroits”, a-t-il commenté. La deuxième raison évoquée par Samir Ayadi est de l’ordre de la communication: “Certains auteurs ont été contactés à plusieurs reprises pour que leurs textes figurent dans cette anthologie. Mais par négligence, ils ne nous ont pas remis leurs textes”, déplore l’auteur. Toutefois, et quels que soient les problèmes rencontrés, par Samir Ayadi, cette anthologie a vu le jour et vient inaugurer, une première phase, celle consistant à sauvegarder les textes des plus célèbres pièces théâtrales tunisiennes: “C’est une fidélité à l’histoire et à la culture tunisienne” conclu l’auteur. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com