Basket S.N. – U.S.M. : Prendre le premier l’ascendant





* Super play-off (finale aller) - Salle 7 Nov. de Nabeul (16h30) - Direct TV T7 _____________ Suspendue plusieurs fois pour de longues périodes, notamment à l’occasion des Jeux de la Solidarité islamique et du récent tournoi zonal qualificatif au CAN, la compétition locale reprend enfin du service. Pour ce soir, il s’agira du premier temps fort de la double apothéose, Super play-off et Coupe, à la faveur de la première manche de la finale du championnat. Certifions-le d’emblée, la programmation concoctée pour les deux finales ne manque pas d’étonner et de tarauder l’esprit. Etant question de deux épreuves bien distinctes, il est certainement mal indiqué d’imbriquer l’une dans l’autre, en programmant la finale de la Coupe (le 17 juin) à califourchon entre l’aller (aujourd’hui 11) et le retour (le 22 juin) du Super play-off. Ce choix semble tout à fait erroné, dans la mesure où un club, l’U.S.M en l’occurrence, est impliqué dans les deux grands rendez-vous face à deux adversaires différents. Et il sera sans nul doute très malaisé aux Unionistes, particulièrement le staff technique, de gérer cette situation confuse, un vrai méli-mélo. Il aurait été plus judicieux, tout simplement, de faire suivre les deux épreuves, tout en gardant les mêmes dates pour, au moins, établir un clivage net entre elles. Similitude de styles Ceci dit, l’on peut attester que la justice sportive l’aura emporté, une fois n’est pas coutume, en proposant ce plateau de choix, le S.N et l’U.S.M s’apparentant, irrécusablement, aux deux meilleures formations de la saison. Les Nabeuliens auraient même pu, à l’instar de leurs antagonistes, jouer sur les deux fronts. Mais les choses étant ce qu’elles sont, ils s’emploieront sans compter pour remporter ce titre de champion qui les boude depuis un long bail. Sur le plan de l’effectif, l’ombre de l’ailier fort cap-bonais, Amine Rzig, planera incontournablement sur cette finale. Et même si son absence dure depuis plusieurs semaines pour cause d’opération sur les ligaments, le jeu des Potiers s’en accommode toujours aussi mal. Fort heureusement pour les hommes du Français Alain Gay, donné pour partant après cette finale, deux joueurs, Ferchichi et Maâlaoui, sont en train de réaliser une époustouflante fin de saison, sans compter le rendement toujours constant des Ben Abdallah, Mbarek, Sioua, Knioua et autres Selmane. Une autre carte ne manquera sûrement pas d’être exploitée à bon escient, à savoir le concours des frères Hadidane, Béchir et Mohamed, rentrés des U.S.A. Tout le groupe paraît pimpant et sémillant, la récente trêve ayant été mise largement à profit, à la lumière des rassemblements opérés. Restera la réalité du parquet. Et là, la pression, comme communément admis, devrait peser sur l’équipe qui reçoit. Mais on sait pertinemment que cette approche ne vaut que par son aspect théorique. C’est que cette prétendue loi d’obligation de résultat vaut aussi pour l’équipe visiteuse. Et même plus impérativement dans ce cas de figure, la formule de mise dans ce Super play-off contraignant l’équipe qui se déplace en premier à vaincre au moins une fois à l’extérieur (si ce n’est deux en cas de belle qui se dispute chez l’équipe la mieux classée, le SN en l’occurrence). C’est dire que l’USM est condamnée à gagner à Nabeul même, si elle tient à décrocher la timbale. Et malgré la valeur relevée de l’adversaire, les Bleus ont bel et bien les moyens de s’imposer sur les rives du Cap-Bon et de renouer avec un statut qui était leur apanage il n’y a pas longtemps, juste avant l’entame de ce qu’on veut bien qualifier de cycle - J.S.K. Grâce au travail en profondeur du Serbe Branislav, en poste depuis trois ans, une longévité utopique sous d’autres cieux, grâce aussi au zèle d’une poignée de dirigeants dynamiques et à des jeunes du cru, promis à un avenir radieux, et bien encadrés par les expérimentés Khanfir et Bouzgarrou, le pari est plus que tentant. Alors, abrégeons par une lapalissade: tout pour la victoire, pour les deux clubs, et c’est à qui prendra le premier l’ascendant sur l’autre, en attendant la seconde manche à Monastir. Qu’est-ce qui conditionnera le résultat de l’empoignade de tout à l’heure ? Il serait vain d’ergoter là-dessus, l’issue finale pouvant être conditionnée par le plus infime des détails, vu la similitude des styles en présence, aussi bien le S.N que l’U.S.M se caractérisant par une défense hermétique, un excellent jeu en contres et une belle adresse dans les tirs. Un vœu pieux enfin: que l’arbitrage soit à la hauteur de l’événement. Wahid SMAOUI _________________ Arbitrage français Les arbitres qui auront à diriger aujourd’hui la finale aller du Super play-off entre le S.N et l’U.S.M à la salle 7 Novembre de Nabeul seront de nationalité française. W.S. _______________________________________ Slaheddine Ferchichi (S.N.) : «Cran et détermination» Un match plutôt difficile vous attend cet après-midi ? Chaque match a sa vérité mais c’est un match comme les autres. Jouer d’égal à égal sera sans doute l’objectif de mes coéquipiers. Nous avons montré ces derniers jours plus de volonté et de détermination et ce match sera celui du cran et du dépassement. Quel est l’état de santé de votre équipe ? Nous passons par une période faste. Nous sommes en superforme surtout que nous venons de récupérer deux grands joueurs en l’occurrence les frères Mohamed et Béchir Hédidane qui pourront apporter le plus escompté à l’équipe. Vous avez joué avec l’USM. Que craignez-vous le plus chez cette équipe ? C’est une valeur sûre qui dispose de trois bons éléments à savoir Bouslama, Khanfir et El Ouaer. Mais elle a des points faibles que nous comptons exploiter. Nous avons gagné l’USM à trois reprises cette année et nous disposons de bons joueurs capables de faire la différence. Comment comptez-vous neutraliser les Monastiriens ? Nous essayons d’imposer notre jeu, neutraliser leurs attaquants tout en demeurant vigilants en défense. Un titre avec le SN est-il à votre portée ? J’ai remporté trois titres avec l’EOGK et deux avec l’U.S.M, alors pourquoi pas un titre avec le S.N. M.N. _______________________________________ Habib El Ouaer (U.S.M.) : «Serré et indécis» Comment avez-vous préparé ce premier épisode? Dans les meilleures conditions. Aussi bien sur le plan technique que psychologique, tout s’est passé à souhait. Notre équipe est déterminée à jouer sur les deux fronts (championnat et coupe ) avec tous ses atouts. La salle de Nabeul ne vous a pas réussi cette saison, les choses seront-elles différentes aujourd’hui ? N’oublions pas que le S.N demeure l’une des meilleures équipes de la saison. Mais il faut préciser qu’à deux reprises à Nabeul nous étions amoindris. A présent nous disposons de tous nos atouts et nous traversons notre meilleure période de la saison. Quels seront les facteurs déterminants dans ce match ? Ca va dépendre surtout de la réussite individuelle de certains joueurs de part et d’autre. Nous comptons bien appliquer les consignes tactiques de notre entraîneur, jouer sur un rythme rapide et éviter tout affolement aux moments difficiles. La tâche ne sera pas aisée face à un adversaire que nous connaissons bien et qui est capable à tout moment de changer les données. La partie sera à mon avis très serrée et peut-être deux ou trois points devront faire la différence entre les deux équipes. Yafet BEN HMIDA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com