Annulation de la dette des pays pauvres : Une percée «Historique»





Les ministres des Finances des pays du G8 ont réalisé une percée déjà qualifiée d'"historique" sur l'annulation de la dette multilatérale des pays pauvres, hier lors d'une réunion à Londres. Le Quotidien - Agences Les pays du G8 ont conclu hier un accord sur l'annulation de la dette des pays pauvres très endettés (PPTE), qui va conduire "immédiatement" à l'effacement de 40 milliards de dollars de dettes pour 18 pays, a annoncé samedi le ministre britannique des Finances Gordon Brown, au cours d'une conférence de presse. Dans un deuxième temps, neuf autres pays seront associés à cette initiative pour un effacement de dette de 11 milliards de dollars, a précisé Gordon Brown. Un troisième groupe de 11 pays pour 4 milliards de dollars pourra ensuite être impliqué, a-t-il ajouté. Il s'agit de dettes à l'égard de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement et du Fonds monétaire international (FMI). "Nous présentons la plus large déclaration jamais faite par des ministres des Finances sur la question de la dette, de l'aide au développement et de la lutte contre la pauvreté", a dit le ministre britannique qui présidait cette réunion. "Les 40 milliards de dette dus par les pays les plus pauvres seront effacés immédiatement", a-t-il dit. Les 18 premiers pays concernés par l'annulation de la dette sont le Bénin, la Bolivie, le Burkina Faso, l'Ethiopie, le Ghana, le Guyana, le Honduras, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, le Nicaragua, le Niger, le Rwanda, le Sénégal, la Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie. «C’est un moment historique» a assuré le secrétaire américain au Trésor John Snow. Le ministre français des Finances Thierry Breton à pour sa part affirmé que l’accord obtenu «est un grand succès pour l’aide au développement, pour le G7 et pour la France. En revanche, le G8 laisse pour l'instant de côté l'autre aspect du plan Marshall pour l'Afrique, celui de l'aide au développement apportée chaque année par les pays riches. Il faudrait, selon les Britanniques, la doubler pour la faire passer de 50 milliards à 100 milliards de dollars. A l'approche du sommet du G8 de Gleneagles en Ecosse et cinq ans après le sommet de l'ONU où furent fixés les objectifs dits du Millénaire pour réduire par deux la pauvreté dans le monde d'ici 2015, un accord sur l'annulation de la dette des pays pauvres n'en resterait pas moins symbolique. L'ancien président sud-africain Nelson Mandela a ainsi appelé les pays du G8, dans une lettre adressée avant-hier soir au Trésor britannique, à faire "tout ce qui est en leur pouvoir" pour s'entendre sur l'annulation de la dette des pays pauvres ce week-end. Les 18 premiers pays qui seraient concernés par l'annulation de la dette sont le Bénin, la Bolivie, le Burkina Faso, l'Ethiopie, le Ghana, la Guyana, le Honduras, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, le Nicaragua, le Niger, le Rwanda, le Sénégal, la Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com