La Résistance veut une Constitution alternative





Le Quotidien-Agences Des personnalités irakiennes hostiles à la présence étrangère ont lancé à Bagdad un projet de "contre-Constitution" pour l'Irak. Ce texte se veut d'ores et déjà en rupture avec celui que doit mettre au point l'Assemblée élue le 30 janvier. "Nous n'allons pas proposer notre projet à l'Assemblée", a déclaré cheikh Abdel Salam Al-Koubeissi, l'un des responsables du Comité des oulémas, principale association de religieux sunnites irakiens. Selon lui, l'objectif est de proposer les grandes lignes d'un autre texte fondamental représentant les vues de "ceux qui refusent l'occupation". Au début des travaux de cet atelier, un autre membre de la principale association de religieux sunnites, a mis en doute la capacité des institutions nées des élections du 30 janvier à élaborer une Constitution acceptable pour tous les Irakiens. "Il serait difficile pour un gouvernement qui reste incomplet d'achever cette mission hautement sensible qu'est la rédaction d'une Constitution en quatre mois", a estimé cheikh Mohammed Bachar Fayyad. Les sunnites, qui ont largement boycotté les élections du 30 janvier, sont largement sous-représentés dans l'Assemblée. Le secrétaire général de l'Ordre des avocats, Me Dhia Saadi, a quant à lui estimé qu'"on ne peut pas rédiger une Constitution en l'absence des vrais représentants du peuple" et qu'il fallait le faire "en dehors des influences américaine et britannique". Un représentant de l'Association des intellectuels irakiens, Abdel Mounem Hamdi, a pour sa part affirmé qu'"il est impossible d'écrire une Constitution sous occupation".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com