Le Tunisien et la lecture : La langue de Voltaire garde ses repères





Que lisent les Tunisiens? Quels sont les livres les plus prisés? Dans quelle langue lisent-ils le plus? Un détour du côté de certaines librairies de la capitale donne un élément de réponse assez exhaustif à ces interrogations. Malgré la prolifération de nombreux autres moyens de loisirs et de culture, nombre de Tunisiens continuent à affectionner la lecture. Force est de souligner que chaque catégorie de lecteurs a ses préférences. De plus en plus, les lecteurs tunisiens portent leur choix sur des livres d’actualité de parution récente, mais aussi sur ceux traitant des sujets en rapport avec la civilisation arabo-islamique et dans une certaine mesure sur des romans littéraires et des ouvrages en sciences humaines, sociales et de philosophie, entre autres. “Outre les livres inscrits au programme de la formation académique, ce sont les livres d’actualité de parution récente et ceux relevant de la littérature, des romans parus entre 2000 et 2005 qui sont les plus prisés par les lecteurs tunisiens”, explique Zrelli Fraj, gérant d’une librairie. “L’âge de cette clientèle oscille entre 25 et 60 ans et plus. Ces lecteurs constituent, d’ailleurs, une grande partie de notre clientèle et fréquentent nos commerces assidûment pour s’informer sur la disponibilité des nouveaux livres”, révèle le libraire. Othmane Laâbidi, un autre libraire, lui, constate que la catégorie des lecteurs fréquentant son établissement sont d’un niveau d’instruction très élevé. “Parmi ceux-ci, on trouve des professeurs d’université, des enseignants du secondaire et également des hauts cadres. Généralement, les enseignants, toutes catégories confondues, viennent acheter des publications non disponibles dans les bibliothèques de leurs établissements respectifs”, précise M. Laâbidi. * Les ouvrages en français plus prisés Malgré une forte présence dans nos librairies d’un nombre impressionnant de livres en langue arabe, dont une bonne partie traduite des langues étrangères à l’arabe par certaines maisons d’édition, il faut reconnaître que les Tunisiens lisent beaucoup plus en français qu’en arabe. Ce constat a été d’ailleurs confirmé par de nombreux libraires. “Les livres ou les romans de langue française occupent la tête de liste des ouvrages que nous vendons le plus chaque mois”, constate Zrelli Fraj. Selima Dellagi, gérante d’une grande maison d’édition spécialisée dans la vente des livres sur la Tunisie, constate que les livres traitant des thèmes en rapport avec la culture tunisienne et la civilisation arabo-islamique édités en arabe sont les plus prisés. Bref qu’ils soient francophones, arabophones, bilingues, les lecteurs tunisiens lisent de plus en plus les livres, selon l’importance du thème traité, son rapport avec l’environnement socio-culturel dans lequel ils vivent. Toutefois, les ouvrages d’actualité semblent avoir la cote auprès d’une certaine catégorie d’intellectuels soucieux d’approfondir leurs connaissances sur des sujets et thèmes d’importance portant notamment sur la situation politique dans le monde arabe, le rapport des Etats arabes avec les autres pays, la politique internationale, entre autres. Les romans de littérature maghrébine d’expression française et ceux de la littérature française, tous genres confondus, bénéficient eux aussi d’un certain engouement particulier auprès des lecteurs francophones. Quant aux dictionnaires, notamment, ceux à connotation bilingue, ainsi que d’autres livres de culture générale, ils continuent de fasciner les enseignants et les étudiants. Force est de reconnaître cependant que les documents traitant de l’art culinaire, la mode, l’esthétique, la beauté attirent particulièrement la gent féminine, tandis que que les ouvrages sportifs entre autres sont prisés par les hommes. En fin de compte, la lecture n’est pas pour le Tunisien une question de goût et de loisirs seulement. Elle reste aussi liée aux préoccupations quotidiennes du lecteur tunisien qui semble suivre de près et de plus en plus l’actualité internationale. C’est ce qui explique d’ailleurs le succès des livres à connotation politique auprès d’une certaine catégorie de lecteurs. Ousmane WAGUE ______________________ Hit parade des best-sellers Certaines publications récentes aiguisent l’appétit des lecteurs tunisiens, dans leur majorité. Qu’ils soient en arabe ou en français, ces livres traitent, en grande partie, de questions socio-politiques actuelles, mais aussi d’autres sujets portant sur la civilisation arabo-islamique et divers autres thèmes littéraires. En voici quelques titres d’ouvrages les plus prisés actuellement, selon une liste établie par les libraires interrogés. En arabe : - “Dhakirat El Jassad”; “La mémoire du corps”, d’Ahlem Moustaghanmi (19ème édition) - “Al Khobz El Haf”; “Le pain sec” de Mohamd Chokri, édition “Chattaï”. - “Recueil des poèmes” de Mahmoud Derwich (Dar Erraïes) - “Achcharq-Al-Awsat” ou “Moyen-Orient” de Abderrahmane Lounif - “Al Fetwa” de Hichem Djaït (Attalia) - “Tassis Al Maghreb Al Islami” “La fondation du Maghreb Islamique (Edition Amal) de Hichem Djaït “Bourguiba et l’Islam” de Lotfi Hajji Edition : (Dar El Janoub 2004) En français - “Maktub” de Paolo Coelho, Edition Anne Carrière (2004) - “Le monde de Sophie” de Jestin Carder (Edition Sevil 2004) - La “Maison de la Médina” d’Ichraf Azzouz (Dar Ichraf, 2004) - L’ “Etat voyou” de William Blum (Cérès) - “Les armes introuvables” de Hans Blix (Tarik, 2005) - “L’Islam entre le message et l’histoire” de Abdelmajid Charfi - “La Mémoire de l’Oubli” de Neïla Jrad (Cérès) - “Le vieil homme et la montagne” de Khalil Zamit (Cérès) - “La Sofra, cuisine traditionnelle” de Zeïneb Kaâk (Cérès) - Le Hammam de Othman Khadhraoui


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com