L’armée US peine à étouffer le scandale d’Abou Gharib





Le Quotidien - Agences Le report cette semaine du procès de Lynndie England démontre la difficulté pour l’armée américaine de tourner la page des abus perpétrés à la prison d’Abou Gharib, un scandale qui a jusqu’à présent épargné ses plus hauts échelons. Plus d’un an après le choc des photos montrant l’humiliation des prisonniers nus, le coup de théâtre dans le procès England repousse encore la clôture de la phase judiciaire du scandale. Mais, affirment des experts, même une éventuelle condamnation de la réserviste ne permettrait pas aux Etats-Unis de réparer totalement les dommages provoqués par le retentissant scandale. “L’offensive de l’administration américaine pour limiter les dégâts peut réussir sur le plan national mais ne suffira pas à réhabiliter l’image des Etats-Unis à l’étranger”, prédit Reed Brody, un juriste de l’organisation Human Rights Watch. “Les soldats de base endossent la responsabilité d’Abou Gharib mais ceux qui ont établi les procédures échappent à toute punition”, fait-il remarquer. Or, pour lui “c’est (le secrétaire à la Défense) Donald Rumsfeld et le général Ricardo Sanchez, pas Lynndie England, qui ont autorisé les abus sur les détenus”. Or, pour Brody, la polarisation sur Abou Gharib masque l’étendue des mauvais traitements infligés par des militaires américains à des prisonniers. Seules 14 personnes ont été condamnées par une cour martiale tandis qu’au moins 70 soldats ont été sanctionnés administrativement, par une réprimande, une rétrogradation ou un départ forcé de l’armée. “Ces condamnations sont extrêmement clémentes”, estime Robert Goldman, professeur de droit à l’université américaine de Washington. “On peut recevoir une peine plus lourde pour la seule possession de marijuana”. Pour Eugene Fidell, président de l’Institut national de justice militaire, un organisme indépendant, Abou Gharib illustre aussi la difficulté de l’armée à sanctionner les failles dans la chaîne de commandement.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com