Carthage : Les deux épouses des deux frangins footballeurs, prises en flagrant délit…





Il y a des drames qui sont proprement surréalistes où l’on reste stupéfait devant la teneur et l’ampleur des dégâts qu’ils causent surtout quand il s’agit de l’honneur de deux frères, bafoué stupidement, vulgairement et d’une manière indécente par leurs épouses respectives. Celles-ci, égoïstes jusqu’au bout des ongles, avaient un faible pour les hommes beaux et autres plastiques masculines extravagantes de Tunis et d’ailleurs... Tunis - Le Quotidien Certes, l’affaire remonte à la fin de l’an 2001, mais elle a été relancée suite à un procès engagé par l’une des deux épouses demandant la révision du montant de la pension alimentaire qui lui est versée tous les mois par son ex, et ce, après leur divorce. Il faut dire que les éléments de ce drame ont vu le jour par ce mois d’août 2001. Une patrouille mobile de police opérant en banlieue Nord a repéré une voiture immatriculée à l’étranger et garée à quelques mètres d’une vieille église; sachant que l’endroit est envahi de temps en temps par des soûlards, les agents ont décidé de jeter un coup d’œil à l’intérieur de l’édifice. Coup de théâtre, ils sont tombés nez à nez avec deux couples qui étaient en pleins ébats. C’était tout à fait logique que les auxiliaires de la justice demandèrent à vérifier l’identité des quatre tourtereaux. Deuxième coup de théâtre, les agents ont découvert qu’il s’agit de deux femmes mariées à deux frangins footballeurs de leur état. L’un des principaux protagonistes de cette affaire est un homme d’origine européenne. Il se trouve qu’il était l’un des deux amants des deux femmes infidèles. Informés, les deux frangins n’ont pas hésité à demander le divorce tout en tenant à arrêter toute poursuite judiciaire à l’encontre de leur épouse. Cela est compréhensible vu qu’ils voulaient éviter le scandale. Mais comme l’arrogance n’a pas de limite, l’une des deux épouses qui a évité la prison de justesse conformément à la loi relative à l’adultère, laquelle stipule qu’aucune charge ne peut être retenue à l’encontre de l’un des deux époux si l’un ou l’autre se désiste, a porté plainte demandant la révision du montant de la pension alimentaire qui lui a été accordée après son divorce. Du coup, c’est toute l’affaire qui a été relancée et qui sera bientôt examinée par la justice. H. MISSAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com