Jeunes et écologie : Retour vers la nature





Nul ne peut nier que l’environnement, partout dans le monde, souffre. Certes, la modernisation, l’industrialisation et l’évolution facilite notre mode de vie, mais cela ne se fait pas sans occasionner des dégâts: pollution, stress, dégradation du milieu naturel... Ces résultats du mode de vie moderne effraient nombre de personnes dont les jeunes. Ceux-ci, semble-t-il, se sentent menacés par une vie citadine qui accentue le stress... Les jeunes sont-ils en passe de retourner vers la nature ? Témoignages. Tunis - Le Quotidien L’idée reçue qui règne “est de considérer” les jeunes de n’avoir aucun sens de l’ordre. “Anarchiques” et quelque part “irresponsables”, ils sont présumés semer le désordre partout où ils passent. Ils sont aussi perçus comme ceux qui polluent le plus l’environnement sans aucun brin de conscience... Ce constat n’est pas aussi vrai qu’on a tendance à le penser. Nasreddine, 15 ans, se sent, malgré son tout jeune âge, stressé ! Ce qui l’aide à se soulager, c’est une virée du côté de la campagne. “La routine et le mode de vie dans les villes ont fini par nous étouffer. Seul un retour vers la nature, fut-il éphémère, me permet de changer les idées. La verdure et les espaces ouverts ont un effet positif sur moi”. Il ne suffit pas d’aimer les endroits et les sites naturels pour préserver la nature, il faut agir tout en étant conscient. “Ce n’est pas pour me vanter, mais je suis conscient des agressions qui menacent la nature et l’environnement. Dans ce sens, je fais de mon mieux pour préserver la verdure et la flore, et je ne jette jamais d’ordures en pleine rue”, ajoute-t-il. Asma, 15 ans, est une fan de la nature. Native de Zaghouan, la jeune fille ne se sent dans son élément que lorsqu’elle fait un saut dans sa ville natale. “Le temple des eaux, les montagnes, les collines, les arbres et toutes les plantations de Zaghouan ont un effet magique sur moi. Si j’avais le choix, je n’aurais jamais quitté ma ville natale. Sauf que les études m’ont poussé à intégrer la capitale. Cela dit, je compte bien m’investir dans un projet agricole ou en phytobiologie, justement pour essayer de sauver ne serait-ce qu’une partie de nos trésors végétaux”, dit-elle. Nesrine, 15 ans, pense que d’ici quelques années, tout le monde reviendra à un mode de vie “Bio”. J’adore la campagne. Nous avons une sorte de grande prairie , c’est un endroit merveilleux. J’adore circuler entre les surfaces couvertes de plantes où moutons, vaches, poules et autre bétail paissent et me rappellent mon enfance. Quand je suis en pleine nature, j’ai la tête vierge. Nous y faisons des pique-nique. En outre, chez nous, nous mangeons très rarement des aliments industriels: œufs, miel, beurre, lait, tomate... sont des produits que nous consommons à l’état frais. C’est une hygiène de vie saine que ma famille préserve depuis des générations. D’ailleurs, avec la pollution et le stress qui règnent, il faut bien se donner quelques moments sains”, dit-elle. Sami, 16 ans, adore aussi la nature et il ne se contente pas d’en profiter pour évacuer son stress. Sami est conscient des agressions provoquées sur l’environnement urbain en premier lieu. “Dans la plupart des cas, les gens fuient les zones urbaines pour vivre une sorte de trêve. Il ne suffit pas d’être conscients des dangers qu’encourt l’environnement. Nous devons agir. Sans nature, les êtres humains ne peuvent pas vivre, or l’homme moderne fait tout pour “détruire” cette nature et ceci est grave. Pollution, manque d’hygiène et inconscience sont les premiers suspects. Certes, nous ne pouvons plus vivre de manière primitive et nombre de choses autrefois subsidiaires sont devenues essentielles, mais quelques efforts peuvent nous aider. Je compte intégrer “Green Peace” pour aider à préserver la faune et la flore”, dit-il. Sami est nommé par ses proches, l’ami de “Labib”. Le jeune homme ne jette jamais des déchets, ne marche jamais sur des plantes et mène une hygiène de vie écologiquement saine. Les jeunes sont unanimes quant à l’importance de la nature. Synonyme de liberté, d’évasion, de fraîcheur et d’origine, la nature occupe une place centrale dans la vie des jeunes. Nos interlocuteurs ne semblent pas faire partie de ces gens irresponsables et ils sont bien conscients de ce qu’il faut faire pour préserver un environnement sain et équilibré. Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com