Site Archéologique de Lamta : Des fouilles lentes à Leptiminus





Objet de nombreuses fouilles depuis plus de trois décennies, le site archéologique de Lamta qui recèle les plus importants monuments romains et byzantins de la Tunisie, fait face à de nombreux défis, aujourd’hui. Les fouilles avancent en effet en dents de scie, malgré la bonne volonté des responsables de ce site. Afin d’accélérer ces fouilles, l’Etat tunisien a signé, il y a deux ans, une convention avec l’Université canadienne de Manitoba. Cette convention qui s’étale sur une durée de trois ans a, depuis sa signature, permis de mettre en place un projet dénommé “Leptiminus” le nom de l’une des sept villes puniques qui se sont ralliées à Rome contre Carthage. Le projet qui est actuellement à sa deuxième année mène des fouilles sur des cimetières romains et des chambres souterraines remontant à l’époque chrétienne. Les fouilles qui sont menées conjointement par les chercheurs de la faculté des Sciences Humaines de Sousse et ceux de la chaire “Winnipeg” de l’Université de “Manitoba”, dirigée par Lea Stirling ont déjà permis de collecter une fourchette d’objets archéologiques d’une valeur scientifique indéniable. Outre les amphores et les pièces de monnaie découvertes dernièrement dans les tombeaux ainsi que les matériaux de construction qui remontent à l’époque romaine et byzantine, les chercheurs tunisiens et canadiens ont pu aussi, grâce à de nombreux objets trouvés sur ce site, reconstituer divers types d’offrandes, mais aussi des rituels de dons et de contre-dons pratiqués à l’époque par les Romains, les Byzantins et les premiers Chrétiens de Leptiminus. * Quelques difficultés Les fouilles menées par l’équipe des chercheurs se concentrent essentiellement toutes autour du musée de Lamta et dans les faubourgs de cette ville. Mais, vu que le site est en grande partie constitué de terrains appartenant à des particuliers et couverts d’oliviers, sans monuments majeurs, l’effort de mise en valeur a été aussi axé sur le musée et sa partie nord. Les fouilles en cours ont permis de démontrer que ce site est entouré de nécropoles romaines, dont la présence coïncide avec celle des nécropoles puniques. L’ensemble de ces découvertes archéologiques témoigne, en effet, de l’importance historique de la ville de Leptiminus, devenue Lamta aux XIIème et XIIIème siècles, dénomination qui lui a été donnée par les voyageurs arabes Al Idrissi et Al Tijani. Il est opportun de rappeler que le site de Lamta a souffert de par le passé de nombreux pillages, notamment durant le dernier siècle, lesquels se sont poursuivis jusqu’aux années 60. De telles opérations persistent encore. Le dernier pillage remonte au mois de février dernier. En effet, le musée de Lamta a été victime d’un cambriolage qui a vu les pillards emporter avec eux une vingtaine de pièces romaines, dont une lampe à huile, des poteries et des pièces de monnaie. Un défi auquel font aussi face de nombreux autres musées à l’échelle nationale et internationale. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com