BAD – Banque Mondiale : La promotion de la femme et de l’emploi, priorité du développement au Maghreb …





Tunis - Le Quotidien S’agissant de l’objectif pour lequel la Banque Mondiale conjointement avec la BAD organisent cette table ronde consacrée aux pays du Maghreb, Mme Cécile Fruman, chargée des programmes pour les pays du Maghreb à la Banque Mondiale, a affirmé d’emblée que “les travaux de cette table ronde qui vont s’articuler sur quatre (4) principaux thèmes, à savoir l’emploi, le commerce extérieur, le genre et la gouvernance, constituent un champ libre pour une réflexion participative entre les experts académiques, les représentants de la société civile et les hauts responsables gouvernementaux pour examiner les défis du développement dans les pays du Maghreb et les réformes à y mettre en œuvre”. La Banque Mondiale et le projet du Grand Moyen-Orient Par ailleurs et en évoquant les résultats du rapport de la Banque Mondiale (BM) relatif à la situation du développement social, économique et politique dans les trois pays du Maghreb, en l’occurrence le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, la représentante de la Banque Mondiale a insisté sur le fait que si ce rapport qui se décline en plusieurs volets, est plus ou moins sévère, cela indique sans aucun doute l’engagement de la BM en tant que partenaire. Et d’ajouter “Nous n’avons aucune intention cachée ni politique ni économique, nous ne sommes pas une institution américaine qui vient imposer ses modèles de développement dans la région. Nous n’avons non plus aucune mission pour imposer la politique du projet du Grand Moyen-Orient”. “Les réformes proposées dans le rapport de la Banque Mondiale ont été examinées par les différents groupes de travail qui ont été formés dans les trois pays et qui ont pu à la fin de leur travail dégager des conclusions qui devraient servir d’outil dans le processus du développement auquel la Banque Mondiale et la BAD participent en tant que partenaires”, affirme la responsable de la Banque Mondiale. Quatre chantiers Il convient de signaler d’autre part que 4 groupes de travail sont actuellement en train de réaliser des rapports sur les thèmes faisant l’objet du rapport de la Banque Mondiale, à savoir l’emploi, le commerce extérieur, le genre et la gouvernance. A propos du sujet du “Genre”, Mme Soukeïna Bouraoui qui travaille sur ce dossier, a affirmé que les réformes escomptées ne seraient pas imposées. “On n’est pas ici pour valider les réformes mais pour participer à leur élaboration”, affirme-t-elle. Mme Bouraoui qui est - signalons-le - la directrice du Centre Kawtar, a signalé que dans les réformes proposées par la Banque mondiale la position de la femme est une question de première importance d’autant plus qu’en matière d’emploi, la femme est dans une situation qui est loin de lui permettre une bonne participation dans le développement économique et social. Chômage et temps partiel Pour ce qui est du thème de l’emploi, le professeur Abderrazek Zouari, universitaire et responsable du groupe de travail, chargé d’élaborer un rapport à ce sujet, a indiqué que le travail a été axé sur la recherche des outils convenables pour lutter contre le chômage dans la région du Maghreb. “Nous avons constaté que la Tunisie qui est en train d’enregistrer des taux de chômage assez importants notamment parmi les diplômés du supérieur, n’est pas en crise. L’économie tunisienne passe par une phase transitoire qui se répercute sur le marché de l’emploi. La solution est, à mon avis, d’avoir recours à l’emploi à temps partiel. Aussi, il faut mettre davantage le paquet sur le secteur des services qui forme un débouché considérable pour résoudre le problème du chômage”. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com