Bush fait son meaculpa





Le Quotidien - Agences Le président George Bush reconnaît l'existence de problèmes dans l'Irak d'après-guerre et estime que les Etats-Unis doivent répondre plus rapidement aux nouvelles démocraties qui veulent mettre en place des institutions stables. George Bush, qui a fait de l'extension de la démocratie dans le monde un thème majeur de son second mandat, a souligné que le recrutement de personnel pour l'Autorité provisoire de la coalition (CPA), qui avait été chargée de superviser la reconstruction de l'Irak avant la formation d'un gouvernement intérimaire l'an dernier, s'était révélé un problème "très long et difficile". "Une des leçons que nous avons apprises de notre expérience en Irak est que, alors que le personnel militaire peut être rapidement déployé n'importe où dans le monde, ce n'est pas vrai pour les civils du gouvernement américain", a déclaré le président selon des propos qu'il devait tenir devant l'Institut international républicain (IRI), un organisme de promotion de la démocratie dans le monde. Pour remédier à cela, Bush rappelle un projet figurant dans son budget qui prévoit la création d'un corps de civils entraînés qui pourrait être déployé rapidement pour aider dans les crises causées par la guerre ou la révolution. Bush a dit proposer une enveloppe de 100 millions de dollars pour un corps spécialisé dans les situations d'après-conflit dans le monde et une autre enveloppe de 24 millions de dollars pour un groupe qui serait consacré spécifiquement à l'Irak. Le président a ajouté que des changements étaient en cours au sein de l'armée américaine pour mieux la préparer au travail sur le terrain en Irak et en Afghanistan, qui consiste à "aider les gens de ces pays à construire des sociétés civiles sur les décombres de l'oppression."


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com