Finale de la Coupe de Tunisie L’Analyse Technique de… Rejeb Sayeh





Les Zarzissiens auront attendu… 69 ans pour fêter leur premier sacre. Ils ont engrangé ce trophée à l’issue d’un duel on ne peut plus engageant et sont allés le chercher dans leurs tripes. Comment notre consultant technique, Rejeb Sayeh, a-t-il perçu l’évolution des deux équipes? Le jeu de l’E.S.T Sincèrement, c’est l’une des rares fois que j’ai vu l’E.S.T aussi mal organisée, aussi indisciplinée. Elle a troqué son jeu basé sur l'exploitation des couloirs, les infiltrations, l’accélération dans les derniers trente mètres… contre un jeu direct, en profondeur, fait de passes longues. Et face à une défense placée, hautement renforcée, cela était d’une désarmante inefficacité. Devant une pareille mise en place, il fallait, à mon avis, incorporer dès le début un avant de pointe fixe. En effet, les deux joueurs alignés, Jomaâ et Santos, viennent de loin. Le Brésilien était comme perdu au milieu d’une forêt de jambes. J’estime donc que l’entrée de Kasdaoui et Letifi fut tardive. Sur le plan défensif, l’E.S.T a concédé beaucoup d’espaces. Les Sang et Or tunisois auraient dû reculer un tantinet pour attirer leurs vis-à-vis hors de leur zone et, par ricochet, mieux les surprendre. Le jeu de l’E.S.Z Même s’il y a eu un schéma de départ, le 5-3-2, les Sudistes ont tiré leur force de leur solidarité, leur esprit de corps, leur engagement et leur mental de fer. D’ailleurs, les deux joueurs placés à l’avant ne sont même pas des attaquants. Il s’agit de milieux qui aiment venir de loin. Il y eut pratiquement deux rideaux défensifs très hermétiques qui ne donnèrent même pas à voir un trou de souris, sans compter la prestation relevée du gardien Dabboub. Avec trois joueurs de l’axe et deux latéraux qui ont bien cimenté les couloirs, il était impossible aux Tunisois de trouver la faille. En outre, le contre zarzissien a bien fonctionné et je dirais même que les Sudistes ont tardé à ouvrir le score. Ils auraient pu le faire beaucoup plus tôt si les joueurs du milieu avaient été plus performants au niveau de la dernière passe. Ils méritent qu’on leur tire la révérence, surtout l’entraîneur qui a su tirer le maximum de ses joueurs, en tenant à leur adresse un langage clair, accessible, pour tout dire, pédagogiquement efficace. Ce qui a fait la différence J’estime que les joueurs de l’E.S.T étaient venus à Radès pour fêter leur sacre oubliant que toute victoire se cherche, s’arrache sur le terrain. C’est ainsi que, contrairement à ses habitudes, l’E.S.T n’a pas su prendre l’ascendant dès le début. Ses joueurs étaient étrangement indisciplinés (excès de zèle de Zaïem, défaut d’inspiration de Santos…). L’axe défensif était très lent. Je pense par ailleurs que la présence de Tizié, sans mettre en cause la valeur foncière de Kasraoui, aurait mis de l’ordre dans le maison sang et or, notamment au niveau de l’axe. Pour tout résumer, l’absence d’humilité chez les Tunisois et l’esprit conquérant des Sudistes ont lourdement pesé sur la balance. Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com