Hichem Hemrit : Jazz, musique orientale et stambali enflamment le public





Pour son premier concert au Théâtre Municipal de Tunis, Hichem Hemrit a brillé et enchanté le public. Mais il aura fallu que le duo Farabi de musique arabe et le groupe “Stambali” montent sur scène pour que l’ambiance soit à son comble. La prestation de Hichem Hemrit, samedi dernier, au Théâtre Municipal de Tunis a été un véritable régal. Son concert qui a duré environ deux heures a donné l’occasion au public, venu nombreux d’ailleurs, de découvrir aussi bien les nouvelles compositions du jazzman tunisien mais également d’autres rythmes musicaux tirés du riche patrimoine tunisien. Le concert a démarré par des sons du piano. C’est en effet le pianiste Sami Ben Saïd qui a ouvert le bal. Il a été par la suite rejoint par les autres musiciens de la troupe du “Jazz-Band”. La troupe a en effet commencé par interpréter un premier morceau de son prochain album. Il s’agir de “Orient night”. Le groupe a aussi visité les anciennes compositions de Hichem Hemrit, en l’occurrence “Ile of fish” et “Maminou”, toutes tirées de l’avant-dernier album du jazzman tunisien: “O world”. Dans un style guttural inspiré tantôt du jazz pur tantôt du blues moderne, Hichem Hemrit et son jazz-band ont également composé de nombreux autres morceaux de son dernier album “Stamba”, sorti le mois de février dernier. * Orientalisme et stambali Au cours de ce concert, Hichem Hemrit a interprété quelques morceaux en compagnie du duo Farabi composé du luthiste Malek Ellouze et de Hatem Frikha au “Qanoun”. Ce duo, en parfaite harmonie avec Hichem Hemrit et sa troupe, a effectué une prestation honorable en interprétant des morceaux tirés du nouvel album de Hemrit. Il s’agit entre autres de: “Questions”, “Unisson”, “Three nights in Paris”, mais également “Noura”, une des compositions de son prochain album. Ces morceaux ont été interprétés dans un style oriental, mixé avec du blues, donnant au concert plusieurs dimensions musicales. Après le duo “Farabi”, c’était au tour de la troupe Stambali, dirigée par Ridha Zaouch de monter sur la scène du Théâtre Municipal. Ils ont interprété un seul morceau “Stamba”. Composée de cinq musiciens, dont deux instrumentistes jouant au “Chakhacha”, un instrument traditionnel, la troupe a produit un spectacle à plusieurs couleurs. Différents types de danses traditionnelles des noirs tunisiens ont été présentés. Il s’agit du “Garrouji”, un genre originaire du pays haoussa, réparti entre le Niger, le Nigeria, le Cameroun et le Tchad. Notons que le concert de samedi dernier a été rehaussé par la présence des représentants de la société de production “Dreyfus”, venus finaliser un contrat de production avec le jazzman tunisien. Une première avec un artiste arabe. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com