Selon l’IISS : Al-Qaïda encore dangereux mais dispersé





Le Quotidien-Agences Al-Qaïda, la mouvance terroriste dirigée par Oussama ben Laden, "reste une organisation dangereuse" mais elle est de plus en plus décentralisée et sa direction, privée de sa base en Afghanistan, a perdu de son influence, selon le rapport 2005 de l'IISS (Institut international des études stratégiques) publié hier. "Fin 2004, Al-Qaïda ne présidait que de façon très lâche sur une confédération très informelle de groupuscules terroristes", a affirmé l'IISS, une organisation basée à Londres. Privée de sa base physique en Afghanistan, "la direction d'Al-Qaïda, assiégée, décimée et isolée, a désormais un contrôle opérationnel très minime sur des troupes de plus en plus éloignées". Ce qui pourrait mener à terme à des "fissures idéologiques" au sein du mouvement djihadiste, et donc à un affaiblissement, estime le rapport de l'IISS. Mais Al-Qaïda n'aurait peut-être rien à gagner à se constituer un nouveau bastion, comme l'était l'ancien régime des taliban en Afghanistan, estime l'Institut londonien: "Pour réaffirmer son contrôle, (...) il faudrait une recentralisation du mouvement, autour d'une nouvelle base physique, mais cela fournirait une cible très vulnérable face à la puissance militaire de l'Occident", et l'organisation d'Oussama ben Laden a peut-être intérêt "à conserver sa forme actuelle, quasi virtuelle". La "base physique" d'Al-Qaïda, s'il y en a encore une, est en fait plus proche de Bagdad que de Kaboul, selon l'IISS. "L'Irak pourrait servir de terrain d'entraînement pour des djihadistes étrangers désireux de faire leurs preuves et devenir le fief d'une seconde génération de leaders pour Al-Qaïda", avec Abou Moussab al-Zarqaoui par exemple.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com