Sharon en désaccord avec Bush sur l’Iran : Washington joue la carte diplomatique, Israël s’impatiente





Le nucléaire iranien est apparu au cours de la visite aux USA du Premier ministre israélien comme le principal point de divergence avec l’Administration Bush. Washington a même minimisé hier la menace nucléaire de Téhéran au grand dam de son allié sioniste. Le Quotidien-Agences De retour hier en Israël, Sharon n'est pas parvenu à convaincre le président George W. Bush, lors de leur rencontre lundi au Texas, que l'Iran allait franchir dans les prochains mois "le point de non-retour" dans son programme nucléaire, ont indiqué les médias israéliens. "Ils (les Iraniens) ont beaucoup de problèmes techniques (...) une fois qu'ils les auront résolus et ce n'est qu'une question de temps c'est alors que le danger apparaîtra", a affirmé Sharon à la chaîne de télévision Fox news. Pour étayer ses arguments, le Premier ministre avait demandé au général Yoav Gallan, son attaché militaire, de présenter au président américain des photos "aériennes" d'installations nucléaires iraniennes ainsi que des données recueillies par les services de renseignements israéliens. Le chef des renseignements militaires israéliens, le général Aharon Zeevi, a récemment affirmé que "si rien n'est fait, l'Iran pourra produire de l'uranium enrichi d'ici à six mois, ce qui devrait lui permettre de produire sa première bombe atomique d'ici à 2008". En réponse au dossier présenté par Sharon, le porte-parole du département d'Etat américain Richard Boucher, a affirmé que les services de renseignements américains estimaient que l'Iran "ne devrait pas acquérir une arme nucléaire avant le début de la prochaine décennie". Les Etats-Unis ont également souligné qu'ils souhaitaient continuer à jouer la carte diplomatique préconisée par les Européens. Sharon veut en revanche que les Etats-Unis adoptent une attitude plus offensive et agissent pour que le dossier iranien soit transmis rapidement au Conseil de sécurité de l'Onu afin que des sanctions internationales soient prises à l'encontre de la République islamique. Malgré cette déconvenue, Sharon a exclu une attaque que pourrait lancer Israël seul sur le modèle du raid mené en 1981 contre Osirak, une centrale nucléaire irakienne près de Bagdad construite avec l'aide de la France. "Israël ne mène pas la lutte (contre le programme nucléaire iranien). Bien sûr nous échangeons des renseignements, des points de vue (...). Mais cela ne veut pas dire que nous planifions une attaque militaire contre l'Iran", a souligné Sharon. Le Premier ministre a toutefois cultivé un certain flou sur les intentions de son pays. "Il est évident que nous prenons toutes les précautions et toutes les mesures pour nous défendre", a souligné Sharon sur Fox News en soulignant qu'Israël "dispose des capacités de faire des choses", cela ne fait aucun doute". En février 2004, Israël a réceptionné les deux premiers exemplaires des 102 avions F16 I commandés aux Etats-Unis. Ces appareils ont un rayon d'action atteignant 1.500 km, ce qui met à leur portée des cibles éloignées, comme les sites nucléaires de l'Iran, sans besoin de ravitaillement en vol. * Menace minimisée Les Etats-Unis se prononceront dans le courant de l'été sur l'opportunité de réclamer des sanctions contre l'Iran devant le Conseil de sécurité de l'Onu, a déclaré pour sa part Condoleezza Rice. La secrétaire d'Etat a affirmé dans un entretien publié hier par le Wall Street Journal que les Etats-Unis ont confiance dans l'issue des négociations engagées entre Téhéran et l'Union européenne. Ces discussions, auxquelles Washington a finalement apporté son soutien, visent à obtenir de l'Iran qu'il renonce à son programme nucléaire. Pour Rice, l'important est que tous les pays impliqués dans ce processus partagent "une unité d'objectif". Rice a affirmé dans le Wall Street Journal que les Israéliens n'ont présenté "aucune nouvelle révélation" sur le programme nucléaire iranien lors de la visite de Sharon aux Etats-Unis. Dans cette même interview, la secrétaire d'Etat minimise également la menace nucléaire nord-coréenne.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com