Constat : Pourquoi cet acharnement sur Maâloul?





Remercié… délaissé… peut-être même lâché à un moment délicat de la saison, Nabil Maâloul est aujourd’hui un homme seul face à un environnement hostile à tous les niveaux. Pourtant, le même Maâloul a été l’un des héros de la CAN 2004 et de l’historique consécration tunisienne. C’était la lune de miel qui cachait un développement curieux des événements. Tout a commencé par l’interview que Maâloul a livrée à un magazine arabe du Golfe. Les Espérantistes ne lui avaient pas pardonné ses propos concernant leur président. Sa franchise lui a coûté la colère d’une importante frange de supporters tunisiens et son passage au Club Africain a davantage attisé ce sentiment. Or, le nouvel entraîneur clubiste a pu tout de même garder l’estime des autres supporters, notamment ceux du C.A. Ces derniers, viennent malheureusement de le désavouer après sa mise à l’écart. Maâloul mérite-t-il un tel sort. Peut-on lui en vouloir car il a préféré le C.A à l’E.N? Est-il réellement le seul responsable du parcours en dents de scie du Club Africain? Lui a-t-on assuré tous les moyens de réussite au Parc A? Les interrogations fusent, mais on ne peut répondre objectivement sans se rendre à l’évidence: Nabil Maâloul s’est fait, peut-être, inconsciemment, beaucoup d’ennemis et on ne lui pardonne désormais rien. Mardi dernier, il était au Parc A et avait eu des discussions avec les dirigeants du C.A dont M. Chérif Bellamine qui l’a toujours respecté. Entre-temps, certains des joueurs seniors ont ignoré la présence de leur ex-entraîneur et ont même refusé de le saluer ou lui adresser la parole. C’est à la limite de l’ingratitude et un manque flagrant de politesse, mais on a l’impression qu’ils ont agi ainsi de peur de susciter la colère d’autres gens qui ne veulent plus entendre parler de Maâloul. Pourtant, c’était l'entraîneur des Seniors pendant près de cinq mois et son bilan n’est tout de même pas catastrophique car le C.A est en demi-finale de la coupe et n’a pas perdu tout espoir en championnat. L’équipe dispose de la meilleure ligne d’attaque (38 buts marqués en 22 matches) et du meilleur buteur (Selliti), ce qui veut dire que l’ex-entraîneur a donné un élan offensif à son équipe, comme il a commis des erreurs tactiques, ce qui arrive à tout entraîneur. C’est plutôt le côté relationnel qui a été le point faible de Maâloul qui n’a pas su tirer le maximum de certains joueurs (Sellami, Selliti…), les considérant comme des vedettes à… abattre! En somme, ce qui arrive actuellement à l’ex-adjoint de Lemerre ne doit nullement prendre des proportions énormes ni mettre en doute la compétence de l’homme. Maâloul manque certainement d’expérience car il n’a entraîné que deux ou trois clubs durant sa carrière d’entraîneur, mais il ne manque pas de personnalité et mérite tout de même qu’on le respecte. A bon entendeur… Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com