Consultation nationale sur les services : La libéralisation du secteur en débat





A l’instar des secteurs d’activités, les problèmes et les perspectives des services feront l’objet de la prochaine consultation nationale qui aura, entre autres, à identifier une première liste des activités à libéraliser. Tunis-Le Quotidien Conformément à la décision présidentielle, la consultation nationale sur le secteur des services sera, donc, organisée le 19 avril courant. Elle permettra de relever les problèmes et les recommandations des différentes parties intervenantes dans le secteur quant à sa situation et ses perspectives. Parmi les principaux objectifs de cette consultation, la préparation d’une pré-liste des activités qui fera l’objet des négociations de la Tunisie avec l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) relatives à la libéralisation du secteur des services. L’OMC avait, en effet, fixé le mois de mai comme dernier délai pour la présentation des listes pour chaque pays. Quatre ateliers de travail seront donc consacrés à l’étude des différentes activités des services, en l’occurrence les services à caractère social, les services en relation avec l’infrastructure et le tourisme, les services de soutien aux secteurs de production et les services des technologies d’information et de communication. La consultation permettra d’identifier un ensemble de recommandations qui seront relevées au Gouvernement pour les étudier et les prendre en considération dans les programmes de développement. Au cours d’une conférence de presse, tenue à l’occasion, hier, au ministère du Commerce et de l’Artisanat, Mme Khadija Chahloul, DG de la Coopération économique et commerciale au sein dudit ministère, et M. Néjib Bousselmi, DG de la Direction des estimations au sein du ministère du Développement et de la coopération internationale, ont rappelé l’importance des prochaines échéances et des défis du secteur des services qui devrait être libéralisé progressivement conformément aux négociations avec l’OMC et l’accord de partenariat de la Tunisie avec l’Union européenne. Le secteur des services constitue, en effet, une des bases de l’économie nationale, avec un taux de croissance de 6,9% durant la dernière décennie, dépassant même celui du PIB qui n’a atteint que 5,3% durant la même période. Le taux de participation de ce secteur dans la croissance du PIB est arrivé en 2004 à 49% représentant ainsi la plus importante participation par rapport aux autres secteurs, alors que sa part dans le PIB a atteint 43% en 2004. Les services représentent, par ailleurs, le plus important secteur en matière d’employabilité avec 63,7% des emplois créés durant l’année écoulée. En terme d’investissement, le secteur a connu une progression remarquable avec 53,3% de l’ensemble des investissements réalisés en 2004, dont la majorité (près de 61,6%) a concerné des activités de transport et des technologies de communication. En plus de ces résultats, le secteur englobe encore de réelles opportunités de développement dans certaines activités, à l’instar du tourisme, les services financiers et d’assurance, et les services du transport… Il y a lieu de souligner qu’un site Web a été mis à la disposition de tous les intervenants dans le secteur pour découvrir les objectifs de la consultation, ainsi que l’inscription, dont l’adresse est www.cepex.nat.tn/istichara-service. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com