Bardo : Elle porte plainte contre son entraîneur pour agression





Tunis - Le Quotidien Une joueuse du club de football féminin de Bardo II a été agressée par son propre entraîneur, et ce, au cours de la séance d’entraînement qui a eu lieu jeudi dernier. La victime s’en est sortie avec une grave blessure au niveau des yeux et plusieurs ecchymoses qui ont touché différents endroits de son corps. A l’origine de cet incident, une altercation ayant éclaté entre l’entraîneur et la joueuse qui ne supportait plus les remarques déplacées de son encadreur, lequel ne se gênait guère, semble-t-il, d’utiliser les mots et les expressions les plus blessants pour formuler les critiques à l’égard de ses joueuses. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que ce genre d’incidents se produit. Plusieurs joueuses ont souffert, en effet, du mauvais traitement, de leur entraîneur et même qu’elles ont même manifesté leur colère auprès des dirigeants de leur club à l’instar d’une autre partenaire, agressée verbalement et physiquement, elle-même au cours de la même séance. Il faut dire que tout laissait entendre que la situation allait exploser d’une minute à l’autre. L'irréparable s’est ainsi produit et on a eu droit à un spectacle des plus désolants après que l’entraîneur eut usé de la force pour “corriger”, comme il se doit, une jeune fille qui a cru, à un moment, que le sport est avant tout: “Ethique”. Les dirigeants du club, et après avoir examiné cette affaire, ont décidé de mettre fin au contrat de l’entraîneur qui devrait prochainement répondre devant la justice de ses actes, puisque la joueuse a porté plainte à son encontre l’accusant de coups et blessures. Par ailleurs, nous avons tenu à avoir l’avis de l’un des dirigeants du club du Bardo II afin de tirer au clair cette affaire. M. Mohamed Mosbahi, le directeur technique du club, nous a déclaré qu’il s’agit tout simplement d’un simple accrochage entre joueuses. Cela a nécessité l’intervention de l’entraîneur qui s’est contenté de mettre de l’ordre et calmer les joueuses en question. En d’autres termes, il n’y a eu aucune agression physique, selon notre interlocuteur. Ce dernier a tenu à nous préciser que le comité du club se réunira mercredi prochain pour examiner cette affaire. En attendant, ce sont le directeur technique et l’adjoint de l’entraîneur qui ont pris les destinées du club qui se déplace aujourd’hui à Sbeïtla sans la joueuse en question et son entraîneur. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com