Kamel Zaïem (E.S.T.) : «La vérité du terrain sera souveraine»





Le milieu du terrain espérantiste, Kamel Zaïem, devenu en peu de temps une valeur sûre dans son club et dans le foot tunisien, présente ci-après le derby tunisois avec lucidité et enthousiasme. C’est que pour lui, il s’agit d’un match exceptionnel à ne pas rater pour rien au monde. Si vous aviez à présenter ce derby, que diriez-vous? Je dirais qu’il sera un derby comme tous ceux qui l’ont précédé: c’est-à-dire disputé, coloré et intense. Mais l’histoire dit que depuis 1997, le Club Africain n’a plus gagné ce rendez-vous et que c’est souvent l’Espérance qui a eu le dernier mot? Et alors? En football, les statistiques n’ont aucune influence. Seule la vérité du terrain compte. Et si l’Espérance a souvent gagné ces dernières années, c’est que à chaque fois elle était meilleure sur le terrain. C’est dire que pour l’heure tout pronostic est interdit. L’équipe qui veut gagner doit se montrer la meilleure et la plus efficace tout en demeurant concentrée jusqu'au coup de sifflet final. Partie en janvier pour une reconstruction de l’équipe seniors, l’Espérance a vite fait de revenir au premier plan et de lutter sur tous les fronts. Comment l’expliquez-vous? L’Espérance demeure toujours un grand club et rien ne peut perturber sa marche triomphale. Elle vit par les titres et pour les titres. Sur le plan personnel, vous connaissez une montée fulgurante. A quoi est-elle due selon vous? Quand on œuvre dans un club comme l’Espérance, on s’épanouit vite. J’ai côtoyé de grands joueurs comme Badra, Jaïdi, Souayah pour ne citer que ceux-là et j’ai gravi les échelons très vite. Cela dit, j’ai encore beaucoup à apprendre et j’ai une importante marge de progression. Où réside, selon vous, la clé de ce derby? Tous les détails seront importants. Un derby peut basculer suite à un geste individuel ou une orchestration collective ou même une erreur d’appréciation. Quel avis portez-vous sur le Club Africain actuel? Malgré les remous qu’il connaît, il demeure un grand club. Et s’il ne remporte pas de titres ces dernières années, il est toujours capable de sortir le grand jeu. Auriez-vous un message à envoyer au public sang et or? Un public qui joue pleinement son rôle et nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes. Le nôtre est merveilleux et il est appelé à nous soutenir jusqu’au bout comme il l’a souvent fait. Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com