C.A. – E.S.T. (2-2) : Couleurs, buts et émotions





Décidément le derby de la capitale ne finira jamais de nous étonner. Et cette fois-ci encore, il nous a réservé un scénario plein de rebondissements inattendus reléguant au second plan la qualité du football pratiqué. Difficile aussi d’affirmer aujourd’hui qui des deux clubs devait se sentir satisfait du verdict final. Le Club Africain qui a fait illusion en première période mais se faisant remonter deux buts plus tard, ou l’Espérance qui a su revenir de loin pour arracher une parité méritée mais qui n’a pu forcer définitivement la décision en jouant en fin de match à onze contre neuf. Ce qui est certain par contre c’est qu’aucun des deux n’a profité pleinement du revers essuyé par le leader étoilé à Sfax. * Les deux faces de l’agressivité Le Club Africain, après avoir connu des frissons lors des trois premières minutes, a vite fait de s’organiser pour frapper par deux fois lors du premier tiers du match aidé en cela pas la distraction de l’axe central adverse. La réussite était donc au rendez-vous et surprenait les Rouge et Blan eux-mêmes. Ces derniers, grâce à beaucoup d’engagement et de rage de vaincre, ont su gêner la manœuvre de leurs vis-à-vis. Mais cette qualité allait être chèrement payée par les camarades de Mouelhi. Celui-ci se fit expulser pour somme d’avertissements. En infériorité numérique il fallait résister mais le but de Kasdaoui avant la pause a mis davantage de pression dans le camp clubiste. Et quand Marzouki quitta le terrain, expulsé lui aussi,il ne restait plus qu’à faire le mur devant Boumnijel. Seulement, ce qui devait arriver arriva à trois minutes de la fin quand la défense Rouge et Blanc encaissa un second but. Il est est évidence qu’il est toujours frustrant quand on se fait rejoindre après une avance de deux goals mais force est de constater que le Club Africain n’a pas déçu. Loin s’en faut. Il a fait preuve de volonté et d’engagement. Commentant la prestation des siens Sellimi a déclaré que : “La chance était du côté de l’adversaire car il est bien difficile de sortir indemne après deux remplacements forcés et deux cartons rouges. Personnellement je n’ai rien à reprocher à mes joueurs qui se sont donnés à fond. Leur agressivité leur a coûté cher. Bien sûr j’avais aimé jouer la seconde mi-temps à onze contre onze même si l’Espérance devait marquer. J’aurais aimé aussi entamer ma carrière par un succès dans le derby mais en football on ne peut maîtriser tous les paramètres”. Comme quoi, les Clubistes n’ont pas à rougir de ce scénario et avec cette “grinta”, ils peuvent encore briguer la seconde place à la fin du parcours car la première semble bien lointaine à l’heure actuelle. * Un point de gagné ou deux de perdus Les Sang et or, de leur part, n’ont pas livré le match attendu d’eux. Ils ont mis beaucoup de temps pour entrer de plain-pied dans le match même s’ils ont raté d’entrée deux opportunités nettes pas Kasdaoui (1’) et Jomaâ (2’). La défense semblait hésitante et l’action du premier but clubiste en est une parfaite illustration. Mais l’équipe a bien réagi après le second but encaissé pour réduire le score avant la pause sans pour autant exploiter à fond sa supériorité numérique, en seconde période quand l’adversaire était réduit à neuf à partir de la (74’). Et la raison était bien évidente. Les camarades de Tizié cherchaient le gain de temps et d’espace en balançant des balles longues inutiles alors qu’il fallait varier le jeu et avancer balle au pied. Comme pour se racheter de sa bévue sur le premier but encaissé, Chaâbani s’est transformé alors en avant-centre pour avoir la patte heureuse et égaliser à trois minutes de la fin. (Au fait pourquoi l’arbitre allemand a-t-il omis de faire jouer le temps additionnel!). Voilà donc une parité arrachée in-extremis et différemment interprétée. L’Espérance a ainsi évité la défaite dans un derby qui a toujours son importance mais n’a pas profité pleinement du revers essuyé par le leader. Expliquant pour sa part tous les points cités ci-haut, Larbi Zouaoui n’a pas manqué d’arguments : “Il faut d’abord signaler que l’équipe a mis du temps pour entrer dans le match. Les joueurs ont paru crispés et ont payé cher les erreurs commises dans les trente premières minutes. Il faut ajouter aussi que nous avons trois matches en plus que les Clubistes dans les jambes. Il fallait donc gérer l’effectif. La réaction a été assez tardive mais significative. Après la pause, on n’a pas bien exploité notre supériorité numérique car on n’a pas varié le jeu malgré toutes les consignes données dans ce sens. Enfin je reconnais que le Club Africain demeure malgré tout un ensemble difficile à manier. Ses joueurs ont fait preuve de vivacité et d’engagement dans les duels et n’ont pas totalement abdiqué malgré leur infériorité numérique”, devait-il nous déclarer après les débats. L’Espérance ramène ainsi son retard par rapport au leader à deux points et jouera certainement ses chances jusqu’au bout dans cette saison placée sous le signe de la restructuration. Place maintenant à la seconde manche face à Kaiser Chiefs en Ligue des champions. Jamel BELHASSEN ________________________ Rien que des mécontents ! Sur le plan émotionnel, le public a été bien servi lors du dernier derby alors que le niveau technique a, encore une fois, laissé à désirer. Des émotions, il y en a eu dès les premières secondes avec l’occasion ratée par Kasdaoui jusqu’aux ultimes minutes avec l’égalisation de Chaâbani et l’installation de la peur et du doute chez les Clubistes qui étaient pourtant bien partis pour frapper un grand coup. Le derby a été, une fois n’est pas coutume, intense et indécis : pas de round d'observation, pas de calculs car seule la victoire comptait pour les deux équipes, pas de cadeaux puisque l’engagement physique a prévalu et a même coûté aux Clubistes deux cartons rouges dont celui de Mouelhi, gratuit et inexplicable pour un capitaine d’équipe qui se veut leader parmi les siens ! * Les erreurs de métier Les erreurs tactiques n’ont pas manqué et l’inexpérience des deux jeunes coachs Sellimi et Jbara y est pour quelque chose. Côté sang et or, on a commis l’erreur de chambarder la composition de l’axe central qui, avec Azaïez, s’est montré très solide au cours des derniers matches. Les Clubistes en ont pleinement profité pour marquer deux buts. Du côté des rouge et blanc, l’infériorité numérique n’a pas laissé beaucoup de choix à Sellimi, mais il aurait pu gérer le match avec plus de réussite. Sellami aurait pu être remplacé dès la mi-temps et l’incorporation de Hichri, le longiligne défenseur central, s’imposait lorsque l’EST a opté pour le jeu aérien qui a finalement valu à Chaâbani d’égaliser. En somme, il n’y en a eu que des mécontents à Radès. Les Espérantistes ont raté l’occasion de rejoindre l’Etoile en tête du classement et ont peiné pour récolter un seul point, alors que du côté du CA, le fait de mener par deux buts à zéro face à l’Espérance et de se contenter du nul est on ne peut plus ... frustrant. Pour revenir à l’ambiance au Stade de Radès, il y a eu de l’animation et de la magie propre au derby, mais on a, malheureusement, noté certains écarts intolérables. La présence de drapeaux géants humiliants et portant des slogans et des dessins indécents n’avait pas dû être tolérée. Pourtant, les deux comités de supporters étaient avertis et on s’attendait à une meilleure réaction de leur part. Heureusement que, sur le terrain, le respect était réciproque et il n’y a pas eu de dépassements. En fin de compte, le résultat nul ne fait l’affaire d’aucune des deux parties, et des deux côtés les regrets ne manquent pas. Kamel Zaïem ________________________ E.S.T.: Départ aujourd’hui pour Johannesbourg Sitôt remise des émotions du derby de la capitale, l’Espérance change de sujet et passe à la Ligue des champions d’Afrique et au match retour du seconde tour face à Kaiser Chiefs. Nantie d’une avance sécurisante de quatre buts à rien, l’équipe de Bab Souika a décidé de mettre le cap sur Johannesbourg dès aujourd’hui. Une escale est prévue à Paris et les Sang et or auront trois jours pour préparer sur place cette seconde manche. Rappelons que la rencontre Kaiser Chiefs-Espérance est programmée pour ce samedi à partir de 14h30 à Blomfontein à 400 km de Johannesbourg. Et malgré l’avance consistante prise à l’aller, les camarades de Chaâbani s’attendent à une dure opposition vu la valeur incontestée de l’adversaire Sud-Africain. J.B.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com