Gestion environnementale profitable : La conformité aux normes internationales passeport pour les produits tunisiens





Le respect des normes internationales et notamment l’ISO 14001 est devenu aujourd’hui une condition sine qua non pour la distribution des produits tunisiens à l’étranger. Le CITET a organisé avant-hier une journée de sensibilisation sur le programme de soutien aux petites et moyennes entreprises en matière de gestion environnementale. Tunis - Le Quotidien L’accord de Kyoto sur la protection de l’environnement a introduit une dynamique réelle dans l’économie des pays signataires. De nouveaux concepts de gestion sont apparus. Ils ont tous en commun le respect d’un certain nombre de critères et concepts de développement et la promotion de la gestion environnementale. La «Gestion environnementale profitable» appelée communément GEP s’est fixé pour but la réalisation de trois objectifs : la rentabilité économique, la diminution de l’impact sur l’environnement et une meilleure capacité organisationnelle. Au cours d’une journée organisée avant-hier au Centre International des Technologies de l’Environnement (CITET) sur le «Programme de soutien aux petites et moyennes entreprises en matière de gestion, environnementale rentable», les résultats d’une étude sur l’avancement de la mise à niveau des entreprises tunisiennes ont été présentés. Mlle Héla Ghliss, du CITET, a affirmé que 48 mesures ont été réalisées touchant 14 entreprises. Ces mesures ont permis d’améliorer leurs rentabilités tout en assurant une meilleure organisation du travail. «Parfois, sans investissements complémentaires il est possible de faire des économies», dit-elle. M. Belgacem Hanchi, directeur du CITET a mis le doigt sur le mal en précisant qu’à travers les directives européennes, le système est de plus en plus verrouillé. «D’ici quelques années, la barrière douanière va être renforcée par une barrière environnementale. Tout marché ne respectant pas les normes ISO 14001 ne trouvera plus de consommateurs et sera éliminé de fait», dit-il. Il a donné l’exemple de neuf entreprises tunisiennes de fabrication de composants de véhicules qui ne sont pas parvenues à se conformer aux normes ISO 14001 et qui se sont trouvées de fait écartées du marché mondial des accessoires automobiles. Le directeur du CITET a également donné l’exemple des exportateurs de dattes qui, jusqu’à nos jours, conditionnent leurs fruits par l’emploi du gaz du bromure de méthyl, prohibé en Europe depuis des années. Les exportateurs tunisiens doivent être sensibilisés à ce sujet et suivre l’évolution du marché. Il a longuement insisté sur l’importance de se conformer aux normes internationales qui constituent le passeport incontournable pour la distribution de nos produits à l’étranger. Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com