Sharon conditionne toute négociation de paix : La Feuille de route s’égare





Le Premier ministre israélien Ariel Sharon exige un "arrêt total du terrorisme" palestinien avant qu'Israël s'engage dans une négociation de paix, tout en répétant sa détermination à mener à bien le retrait prévu cet été de la Bande de Gaza. Le Quotidien-Agences Dans une série d'interviews diffusées hier par les médias à l'occasion de la Pâque juive (Pessah), Sharon a affirmé qu'un "arrêt total du terrorisme" était une condition préalable avant toute application de la Feuille de route, le plan international pour un règlement du conflit. Les Palestiniens ont dénoncé ces propos, accusant Sharon de se dérober à la Feuille de route élaborée par le Quartette (Etats-Unis, Union européenne, Russie et Onu) et prévoyant la création d'un Etat palestinien indépendant, en principe en 2005. "Nous ne sommes qu'à un stade préliminaire et ne serons engagés dans la Feuille de route que lorsque les Palestiniens respecteront leur engagement de stopper le terrorisme", a déclaré Sharon. Il a réaffirmé l'exigence d'un "arrêt total du terrorisme et des violences", ainsi que la "cessation des incitations à la violence". "L'Autorité palestinienne a pris des mesures, mais elles sont tout à fait insuffisantes", a ajouté Sharon. "Sharon n'a jamais accepté la Feuille de route et il semble qu'il parle d'un autre plan que celui élaboré par le Quartette", a réagi le négociateur palestinien en chef Saëb Erakat. Erakat a appelé le Quartette à "faire tout ce qui est possible pour contraindre Israël à appliquer ses engagements prévus dans la Feuille de route, qui pose des exigences aux deux parties". Aux termes de la Feuille de route, une première étape prévoit que les Palestiniens cessent les violences et qu'Israël gèle la colonisation. Mais ce plan, lancé formellement à l'été 2003, est resté jusqu'à présent lettre morte. Par ailleurs, Sharon a réaffirmé qu'il était décidé à réaliser tel quel son "plan de désengagement" constituant, à partir de cet été, à évacuer 21 colonies implantées dans la Bande de Gaza, ainsi que quatre colonies isolées du nord de la Cisjordanie. Il a de nouveau évoqué la possibilité d'un report de trois semaines du retrait, jusqu'ici envisagé à partir du 20 juillet, pour tenir compte des sensibilités religieuses des colons; mais, a-t-il souligné, "cela ne changerait rien au plan". Il a par ailleurs sévèrement critiqué les rabbins qui, dans les colonies, appellent soldats et policiers à ne pas obéir aux consignes d'évacuer le moment venu les quelque 8.000 colons de ces implantations. "Les armées n'ont pas à obtempérer aux ordres de rabbins, quel que soit le respect que je leur porte, en tant que guides spirituels" a-t-il déclaré dans l'une de ses interviews pour la Pâque juive. Sharon a également réitéré sa volonté de maintenir des blocs de colonies en Cisjordanie, destinés "à être annexés par Israël" le jour venu. "Les grands blocs d'implantations feront partie d'Israël et lui seront reliés géographiquement", a-t-il affirmé, prévenant: "Je vais sauver le plus grand nombre possible d'implantations en Cisjordanie". Le ministre israélien de la Défense Shaoul Mofaz a convoqué hier une réunion de hauts responsables sécuritaires pour discuter du report de trois semaines de l'évacuation. Le calendrier initialement prévu coïnciderait avec une période de deuil dans le calendrier hébraïque. ________________________ Al Qods occupée : Qoreï et Pérès se concertent Al Qods occupée - AFP Le numéro deux du cabinet israélien, Shimon Pérès, et le Premier ministre palestinien, Ahmad Qoreï, se sont entretenus hier à Al-Qods occupée du retrait israélien prévu de la Bande de Gaza. La rencontre, à laquelle ont assisté également le ministre palestinien des Affaires civiles Mohamed Dahlane et le négociateur palestinien en chef Saëb Erakat a eu lieu dans un grand hôtel d’Al-Qods ouest. “Il ont examiné le retrait de Gaza et des questions économiques liées à l’après-retrait”, a affirmé un membre de la délégation palestinienne sous couvert de l’anonymat. “Ils ont aussi établi un calendrier pour des futures rencontres israélo-palestiniennes” a ajouté le responsable palestinien qui a qualifié les discussions de “positives”. La possibilité de la tenue d’un prochain sommet entre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre israélien Ariel Sharon a également été évoquée, selon la même source.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com