A la veille des confrontations africaines : Et si l’aiguillon national avait la primeur!





Le football tunisien sera mis, ce week-end, sur la balance. A travers la Ligue des Champions et la Coupe de la CAF, il sera, quelque part, soumis à un véritable test de crédibilité. En effet, dans la plus prestigieuse compétition africaine, nos deux représentants, l’E.S.T et l’E.S.S, sont à un souffle de l’accession à la phase pré-finale, celle des groupes. Et pour des clubs dont le pays se prévaut du titre suprême de champion d’Afrique, une élimination à ce stade-ci serait ressentie comme un authentique camouflet. C’est dire qu’au-delà des intérêts respectifs de nos deux clubs-phare, d’ordre sportif ou pécuniaire, c’est tout le prestige du football tunisien qui sera mis sur la sellette. Dans cette optique, et malgré l’avance au score substantielle de quatre buts, les Sang et Or, qui n’ont nullement besoin d’être responsabilisés, se doivent de faire montre de vigilance pour gérer opportunément la situation de mise. Et pour qui connaît les impondérables liés à l’Afrique, appeler à la prudence mesurée est un véritable truisme. Pour l’E.S.S, les données ne sont pas tout à fait les mêmes, mais la finalité n’en est pas moins dissemblante de celle quêtée par son alter ego, l’E.S.T. La tâche des Etoilés s’annonce fort ardue. D’abord en raison de la valeur foncière de l’adversaire nanti, il est vrai, d’un seul but d’avance, mais au poids certain. Ensuite, à cause de la difficile passe que connaît présentement le club, subséquemment aux résultats décevants, des victoires sans gloire, et surtout le récent revers de Sfax qui a déclenché la fureur des supporters. Et là aussi, les différentes facettes de la motivation ne manquent pas: besoin urgent d’accalmie, soubassement de choix à un rebondissement salutaire en compétition locale, gains miroitants en perspective et… véritable objet du présent écrit, au risque de se faire prendre pour des disciples du Père Noël, la défense tous ongles dehors, du prestige du football national. En Coupe de la CAF, l’enjeu est, lui aussi, de taille. En effet, le représentant tunisien, appelé à remonter un but, accédera, en cas de qualification, au stade des quarts de finale. Pour un club peu impliqué dans les compétitions continentales, l’aiguillon nationaliste et patriotique, constitue indéniablement un détonateur et un stimulant de choix. A tous nos représentants, bon vent. Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com