Crise sino-japonaise : Le dégel ?





Le Premier ministre japonais Junichiro Koizumi a renouvelé hier à Jakarta des "excuses sincères" pour les "souffrances" infligées par le Japon sous l'Empire, cette déclaration générale étant saluée par Pékin dans un contexte de vive tension entre les deux pays. Le Quotidien-Agences "Par le passé le Japon, à travers son administration et son agression coloniales, a causé des torts et des souffrances à des peuples de nombreux pays, en particulier de nations asiatiques. Le Japon regarde droit en face ces faits historiques, dans un esprit d'humilité", a déclaré Koizumi. "Et, avec un sentiment de profond remords et avec des excuses sincères toujours présentes à l'esprit, le Japon s'est constamment résolu, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, à ne pas devenir une puissance militaire mais une puissance économique, résolvant tous ses problèmes d'une voie pacifique", a-t-il ajouté. Le dirigeant japonais s'exprimait face à une cinquantaine de chefs d'Etat et du secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, réunis pour un sommet afro-asiatique commémorant le cinquantenaire de la Conférence de Bandung. Tokyo souhaite obtenir rapidement un siège permanent au conseil de sécurité de l'ONU, ce qui irrite Pékin. La Chine s'est félicitée du discours de Koizumi. "En regardant soixante ans en arrière, les grands torts qu'il (le Japon) a causés dans des pays asiatiques dont la Chine, nous saluons l'attitude de Koizumi", a déclaré un porte-parole de la diplomatie chinoise. Les deux délégations ont travaillé à organiser une rencontre aujourd’hui à Jakarta entre le président chinois Hu Jintao et Koizumi. Les deux hommes se sont retrouvés dans la même salle hier matin, sans entrer en contact, même visuel. Les relations sino-japonaises sont au plus bas depuis 30 ans. De violentes manifestations anti-japonaises ont éclaté ces dernières semaines en Chine, après que Pékin eut accusé Tokyo de minimiser les atrocités commises par les troupes japonaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Japon a déjà par le passé demandé pardon d'une façon générale pour ses actes durant la Seconde Guerre mondiale, ce qui a été jugé insuffisant par ses voisins. Koizumi a renouvelé hier ces excuses. Tout comme lui, Hu n'a fait aucune allusion à la tension actuelle, insistant sur le pacifisme de son pays, premier partenaire commercial du Japon.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com