Buteurs : Trop paresseux… les attaquants !





Après vingt-trois journées, les meilleurs buteurs du championnat n’ont pas encore dépassé le cap des dix buts. Une moyenne très modeste et une irrégularité très inquiétante. Pour commencer, il y a lieu de rappeler un fait très significatif. Mohamed Jédidi, l’un des attaquants les plus cotés en Tunisie, et international de surcroît, n’a marqué aucun but en championnat depuis le début de la saison. D’autres ont presque fait de la figuration et leur présence était souvent passée inaperçue (Mhadhebi, Delhoum, Hamza, Melki, Kadri, Bouchehioua, Khemir, Papa Georges, Khaled, Sebaï...) * Manque de constance Les actuels meilleurs buteurs du championnat en sont à dix réalisations. Selliti, Dos Santos et Guemamdia brillent par leur inconstance et si l’avant-clubiste et celui de l’E.S.T et du C.A.B ont été très en verve à l’aller, l’attaquant sfaxien a fait le contraire, se montrant plus opportuniste en phase retour. C’est le cas également du vif ailier stadiste, Ziadi, qui talonne le trio de tête avec ses huit buts. Ces chiffres, qui n’ont rien d’exceptionnel, traduisent le manque de métier et de constance chez les attaquants. La saison passée, déjà, trois joueurs ont terminé en tête du classement des buteurs avec... neuf pauvres buts pour chacun. Cette saison, le total n’ira pas beaucoup plus loin et gardera une moyenne modeste, ce qui est le cas depuis plusieurs saisons. Pourtant, le niveau du championnat n’est pas fameux et les grands clubs, dominateurs comme toujours, ont souvent l’opportunité de réaliser de gros scores devant les petits, mais c’est la mentalité des buteurs qui ne suit pas car ils se montrent la plupart du temps paresseux, indisciplinés et même...indifférents. Heureusement pour le football tunisien que l’E.N. compte avant tout sur la compétence des joueurs évoluant à l’étranger (Jaziri, Santos, Ghodhbane, Ben Achour, Nammouchi...) qui ne se lassent jamais de travailler, de progresser et surtout de garder un certain contact avec... les filets. Ce n’est malheureusement pas le cas des buteurs de notre championnat local. On a même l’impression que celui qui arrive en tête du classement fait de son mieux pour caler, se reposer et attendre les autres. C’est une question de mentalité avant tout, car un tel phénomène illustre de la meilleure façon le manque de professionnalisme de ces attaquants qui font parler beaucoup plus leurs langues que... leurs pieds. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com