Souk Moncef Bey : Chiwawa, chats persans et lapins d’Australie en vedette!





L’adoption des animaux de compagnie n’est plus l’apanage d’une certaine classe sociale. A Souk Moncef Bey qui se convertit en partie le dimanche en souk des animaux domestiques, l’affluence massive des Tunisois reflète un véritable phénomène de société. Tunis-Le Quotidien Haut lieu du commerce dit parallèle, Souk Moncef Bey dont la côte de popularité ne cesse de grimper a plus d’une corde à son arc. L’électronique, l’électroménager, le prêt-à-porter et le bric-à-brac en tout genre font bon ménage, le dimanche, avec un autre commerce d’un genre un peu particulier et qui draine une foule de badauds de plus en plus nombreux. Il s’agit du marché des animaux de compagnie qui offre un spectacle insolite et pittoresque et propose une grande variété d'espèces animales. Une véritable ménagerie où les «emplumés» cotoient sans problèmes les «poilus» dans une cacophonie de gazouillements, d’aboiements, voire de miaulements. Investi par des dizaines de marchands devenus des locataires habituels, le souk des bêtes vole ainsi chaque dimanche la vedette aux autres commerces de «Moncef Bey». La foule de curieux qui s’agglutine sur les lieux pour la découverte de cet univers ne risque pas d’être déçue. Il faut noter que le commerce d’animaux de compagnie n’intéresse pas uniquement une catégorie spécifique de nos concitoyens. A voir les gens qui y affluent, on comprend que ce hobbie d’un genre particulier est partagé par une frange de la population tunisienne toutes catégories socio-professionnelles confondues. Une nouvelle tendance que les spécialistes du domaine expliquent par l’émergence d’un style de vie accordant au luxe une place de plus en plus importante et qui n’est plus lié aux conditions matérielles des gens, mais à un besoin psychologique de se démarquer des autres. * Bouledogue, berger... et chiwawa Posséder un animal d’une espèce noble demeure le souhait partagé par tous les adeptes des animaux de compagnie. Il faut dire qu’à Souk Moncef Bey, il n’y a que l’embarras du choix. De nombreuses espèces venues des quatre coins du monde débarquent le dimanche sur les lieux. Des bousculades éclatent régulièrement autour d’un berger allemand, d’un bouledogue voire un pittbull. Ces chiens de race très féroces dont les règlements sont très stricts en ce qui concerne leur possession sont en fait les plus sollicités par les visiteurs des lieux. Chapitre prix, ces bêtes ne sont point à la portée de tout le monde. Ceux qui connaissent bien la vraie valeur de ce genre de chiens sont ceux qui ne s’étonnent jamais d’entendre des chiffres qui oscillent entre 400 et 1000 dinars; Un peu plus loin de cet endroit, un espace est réservé aux bêtes moins dangereuses. Il y en a de toutes les tailles et de toutes les... couleurs : oiseaux exotiques, perroquets, canaris, cotoient les lapins d’Australie, les chats persans ou russes; une faune variée qui attire une foule non négligeables de curieux et d’acquéreurs connaisseurs potentiels. Les prix de ces animaux de petite taille coûtent toutefois assez cher. Il faut compter en effet, entre 50 et 150 dinars voire même plus pour un bon canari ou un chat persan de race pure. C’est dans ce même espace réservé aux espèces à taille réduite qu'on propose à la vente également les chiwawa, une race de chien qui a une taille minuscule à telle enseigne qui on pourrait le mettre dans la poche d’un veston. Le prix pour acquérir cette petite bête de «prestige» se chiffre à plus de mille dinars. Bien que ces prix paraissent d’emblée exhorbitants, ils sont loin de décourager les invétérés des cabots «miniatures» qui se recrutent en masse particulièrement parmi la gent féminine. De nombreuses tunisiennes assez aisées généralement se permettent le luxe d’acquérir un animal de compagnie un peu particulier qui inspire la douceur, la fragilité et la délicatesse. D’où est-ce que t’as acheté ton chiwawa ? Huppé ! Qu’il coûte cher, cela n’a pas d’importance. L’enjeu, en vaut bien la frime. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com