Chambre des députés : Les retombées du SMSI et les difficultés d’accès à Internet en débat…





Le Sommet mondial sur la Société de l’Information qu’accueillera la Tunisie les 16, 17 et 18 novembre prochain a fait l’objet d’un débat animé entre les députés et le gouvernement tenu hier dans l’hémicycle du Bardo. La dernière ligne droite en matière de préparatifs pour cet événement historique et les différents dossiers inhérents au secteur des technologies de la Communication ont été au cœur du débat... Le Bardo - Le Quotidien Les préparatifs pour l’accueil du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI) ont provoqué nombre d’interrogations de la part des députés de par l’importance des enjeux de ce rendez-vous Le député Mongi Khammassi (PSDL) s’est enquis du programme d’embellissement de la capitale en indiquant que les médias nationaux n’accordent pas assez d’intérêt à cet événement. Le député Moncef Abdelhédi (RCD) s’est interrogé sur les perspectives d’avenir du réseau UMTS et sur le débit d'Internet qui demeure en deçà des capacités qu’offrent les réseaux installés en Europe. Le député Hichem Hajji (PUP) a également appelé à l’organisation d’une consultation nationale à laquelle participeront les différents partis politiques en vue de cerner les dossiers prioritaires à débattre au cours du SMSI. D’autres intervenants se sont enquis des préparatifs pour l’accueil de plusieurs centaines d’hommes de médias et de chaînes satellitaires ainsi que des retombées du Sommet. * Dix-huit mille hôtes En réponse à ces questions, M. Montassar Ouaïli, ministre des Technologies de la Communication, a souligné que plusieurs commissions travaillent d’arrache-pied pour peaufiner les préparatifs pour le Sommet et mettre les dernières retouches dont notamment la commission nationale présidée par le ministère lui-même et la commission de la préparation matérielle. M. Ouaïli a également fait remarquer qu’entre 15 et 18 mille visiteurs provenant de 191 pays seront dans nos murs à l’occasion du Sommet, chose qui aura des retombées économiques directes, résultat de la dynamisation du secteur des services et offrira des opportunités de partenariat d’investissement et d’exportation des produits tunisiens. Le ministre a précisé, en outre, que l’Internet haut débit assuré par le système ADSL permet une utilisation du Web sans difficultés en indiquant que d’autres techniques telles le V-Sat et le frame-relay permettent d’augmenter davantage le débit à la disposition des hôtes du SMSI. M. Ouaïli a tenu à préciser dans ce cadre que la deuxième phase du SMSI qu’abrite Tunis est celle des “résultats et des solutions”, contrairement à la première phase tenue à Genève et consacrée à la “détermination des concepts et du cadre d’action”. S’agissant du réseau UMTS, le ministre a annoncé que les quatre réseaux de 3ème génération installés sont des projets pilotes et non pas des réseaux commerciaux tout en révélant qu’une concession relative à l’installation d’un réseau commercial UMTS sera accordée après le SMSI. * A bas les obstacles d’autre part, les députés ont appelé à surmonter les obstacles que pose l’utilisation d'Internet sur le plan d’accès au réseau et de déontologie et réduire la fracture numérique entre le Nord et le Sud. Le député Ridha Ben Hassine (MDS) a appelé à mener une campagne au cours du SMSI pour redorer le blason des pays arabes et islamiques considérés par l’Occident de pays arriérés dont les jeunes utilisent le Web pour des fins peu orthodoxes. Le député Mohamed Thameur Driss (Mouvement “Ettajdid”) a soulevé le problème de la liberté d’accès à Internet tout en appelant à mieux diffuser les valeurs de la démocratie, de la citoyenneté et de la liberté d’expression. De son côté, le député Hichem Hajji (PUP) a signalé la nécessité d’ouvrir un débat sur la déontologie de l’utilisation d'Internet. Il s’est également enquis des raisons de la privatisation de Tunisie Télécom. Le ministre a affirmé, à cet égard, que les autorités ont opté pour une démarche progressive en matière de privatisation de l’opérateur historique. Au sujet, de l’accès à l'Internet, M. Ouaïli a noté que la démocratie, la liberté d’expression et la citoyenneté constituent des constantes dans la politique clairvoyante du Président Ben Ali. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com