Nucléaire iranien : Annan met en garde contre une action militaire





Le secrétaire général de l’ONU a mis en garde hier contre toute action militaire contre l’Iran et ce, au moment où ce dernier exprimait son irritation à la veille d’un nouveau round de négociations nucléaires avec les Européens. Le Quotidien-Agences Le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan a mis en garde hier contre une action militaire contre l'Iran et a affirmé que la république islamique "coopérait" avec l'Occident dans les discussions visant à limiter son programme nucléaire. "Je ne pense pas qu'une frappe sur les infrastructures nucléaires iraniennes soit prévue", a dit Annan à New Delhi où il était interrogé sur le point de savoir s'il y avait une possibilité que les Etats-Unis décident d'une action en Iran. "Je ne pense pas non plus qu'il y ait besoin d'entreprendre une action physique contre l'Iran. Cela ne serait pas sage, vraiment pas sage", a averti Annan qui s'exprimait en public à l'issue d'une visite de quatre jours en Inde. Paris, Londres et Berlin sont engagés dans des négociations diplomatiques afin d'obtenir de l'Iran des "garanties objectives" que le pays ne cherche pas à se doter de l'arme nucléaire tandis que Washington a déjà affirmé que si Téhéran voulait poursuivre ses activités d'enrichissement d'uranium, son dossier serait adressé au Conseil de sécurité de l'ONU. "L'Iran coopère plutôt bien avec l'Allemagne, la France et le Royaume Uni et des discussions sérieuses sont en cours et vont donner des résultats", a estimé Annan. Irritation Or, précisément et à propos de ces négociations, un des principaux négociateurs iraniens s’est déclaré «très pessimiste» hier à la veille de nouvelles tractations nucléaires avec les Européens si ces derniers persistent à «ne rien entreprendre de sérieux». «Jusqu’alors et depuis le début du processus, en particulier depuis la réunion de Paris (le 23 mars), les Européens n’ont rien entrepris de sérieux pour faire aboutir le processus», a déclaré Hossein Moussavian, porte-parole des négociateurs iraniens. «Si cette tendance se confirme et si les Européens ne changent pas d’attitude, je suis très pessimiste», a-t-il ajouté, 24 heures avant qu’Iraniens et Européens ne se retrouvent à Londres. Auparavant, un haut responsable à Téhéran a indiqué que l’Iran reverra radicalement sa participation aux discussions nucléaires avec l’Europe si la réunion prévue aujourd’hui à Londres n’apporte pas de progrès. «Les négociations se poursuivront s’il y a des progrès lors de la réunion (de vendredi), mais si (...) la délégation iranienne ne peut faire état de progrès, alors le processus changera radicalement», a déclaré Ali Agha-Mohammadi, un des porte-paroles du Conseil suprême de la sécurité nationale, chargé du dossier nucléaire. ______________________ Réforme de l’ONU d’ici septembre Lors de sa visite en Inde, Annan a fait campagne pour que les pays membres de l’ONU valident son projet de réforme de l’Organisation d’ici septembre, au mieux, par consensus sinon par un «large accord», y compris sur l’élargissement du Conseil de sécurité. Il faut que «les Etats membres s’entendent pour prendre une décision d’une façon ou d’une autre avant le Sommet mondial de septembre sur les propositions qui leur ont été présentées, y compris (celle) rendant le Conseil de sécurité plus largement représentatif de la Communauté internationale», a dit Annan. «Il sera difficile aux 191 Etats membres de trouver un consensus, mais un large accord peut être atteint», a-t-il redit. Le projet de réforme de l’Organisation mondiale et de son système de sécurité collective de Annan est sans précédent depuis la création en 1945 de l’ONU.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com