Assurance-automobile : Une branche déficitaire malgré son importance





Première branche de l’activité des assurances, l’assurance-automobile souffre, depuis quelques années, de plusieurs difficultés qui exigent une réforme urgente. Tunis - Le Quotidien La jeune Chambre internationale de la Manouba a organisé hier, en collaboration avec la compagnie d’assurance Comar, un séminaire sur le thème de la réforme de l’assurance-automobile. Les problèmes de la branche ainsi que sa position dans l’activité des assurances en général ont été ainsi au centre du débat entre les professionnels du métier. Selon M. Brahim Kobbi, délégué général à la FTUSA, l’assurance-automobile souffre d’un situation difficile due en particulier à un cadre juridique inadapté puisqu’il date de 45 ans, et qui empêche l’évolution de cette branche. Le cadre juridique actuel englobe, en effet, des articles qui ne sont pas adaptés à l’évolution qu’a connu la société tunisienne depuis des années. M. Kobbi a évoqué, dans ce même cadre, le problème de l’expertise médicale en l’absence d’un barème des dommagements des accidents de la route, ainsi que le problème de l’absence d’un système pour fixer les indemnités. Outre ces problèmes, M. Kobbi a précisé que les assureurs ne sont pas libres dans la gestion des risques à cause de ce cadre juridique inadapté. Sur un autre plan, il a appelé à une multiplication des actions de prévention qui demeurent insuffisantes face à la croissance alarmante des accidents de la route. Le délégué général à la FTUSA a conclu, à ce propos, que la réforme de l’assurance-automobile demeure nécessaire et même urgente pour l’évolution de cette branche, d’autant plus qu’il s’agit de la plus importante activité du secteur. L’assurance-automobile est en effet la première activité en terme du chiffre d’affaires avec près de 248 millions de dinars en 2003 soit près de 42,5% du chiffre d’affaires global des assurances. La branche automobile représente cependant 55% des indemnisations, et souffre par la suite d’un déficit important qui est arrivé en 2003 à près de 91 millions de dinars. Mohamed Zghal


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com