Le général Aoun prépare son retour au Liban : L’ami d’Israël se mue en sauveur





Après quinze ans d'exil en France et le départ du dernier soldat syrien, le général Michel Aoun, ex-Premier ministre chrétien, qui a livré les dernières batailles de la guerre du Liban, revient samedi au pays en se présentant comme rien moins que son sauveur. Le Quotidien-Agences "De Gaulle 1945, Aoun 2005" et "Aoun, le retour": les affiches qui ont proliféré ces derniers jours à Beyrouth et dans d'autres régions parlent d'elles-mêmes de ce personnage atypique qui a lancé en mars 1989 une "guerre de libération" contre la Syrie et qui revient en "libérateur". L'homme affirme à qui veut l'entendre qu'il n'a pas changé d'un iota durant ses années d'exil et qu'il est à l'origine de "la résistance à l'occupation" syrienne. "La résistance à l'occupation est terminée, il nous faut désormais livrer un nouveau combat pour libérer les Libanais afin qu'ils apprennent à décider de leurs choix, sans tutelle. Certains ont appris à vivre dans l'esclavage et il leur faut du temps pour se libérer", a-t-il affirmé dans une interview publiée sur son site internet. "Le peuple est avec nous, sauf s'il se désiste de ses droits", a ajouté celui qui prône l'abolition du confessionnalisme au Liban. Calquant son attitude vis-à-vis du pouvoir sur celle du libérateur de la France, Charles de Gaulle, le général Aoun, 70 ans, a récemment déclaré au journal libanais An Nahar: "Mon ambition est de réaliser une grande chose et non des joutes politiciennes". Il dit ne pas être intéressé par le pouvoir, mais ajoute: "Si le peuple me veut, que dois-je faire ?". "Ce sont les jeunes qui me réclament, et je veux accomplir leurs objectifs". Longtemps oublié dans son exil, le général Aoun, figure de l'opposition, fait depuis deux mois l'objet de toutes les attentions, multipliant les interviews et recevant à son domicile parisien ses adversaires politiques d'antan, comme le député et chef druze Walid Joumblatt et des émissaires des pouvoirs libanais et syrien. * Insatisfaction Pour autant, le général Aoun rentre insatisfait au Liban, pays de tous les retournements de situation. Souriant il y a quelques jours encore, il n'a pas caché sa colère, avant-hier soir, contre la classe politique et ses alliés de l'opposition, les accusant de "trahison", sur la chaîne de télévision Al-Arabiya. Les raisons de sa fureur: l'annonce de la tenue des législatives à partir du 29 mai conformément à la loi électorale de l'an 2000 considérée comme défavorable à la minorité chrétienne; le jeu des alliances qui s'annoncent et surtout l'acceptation, bien qu'à contre-coeur, de l'opposition chrétienne de la loi électorale proposée. Dans ce contexte, le général Aoun a souhaité "le report des élections" qui se feront, selon lui, sous la houlette d'une loi "imposée par la Syrie" et a déploré que l'opposition n'ait pas de "programme politique de réformes" à proposer. "Je ne suis prêt à aucun compromis (...) Ce Parlement ne représente pas la volonté populaire (...) Il faut rééduquer l'opposition", a-t-il lancé, jugeant que seul son mouvement, le Courant patriotique libre, n'avait pas collaboré avec la Syrie jusqu'à son retrait du Liban le 26 avril. En particulier, Michel Aoun a réclamé un "audit international pour faire la lumière sur l'effondrement de l'économie libanaise qui a conduit à une dette publique de 34 milliards de dollars", sous le gouvernement de l'ex-Premier ministre assassiné Rafic Hariri. Malgré les préparatifs pour son retour, l'incertitude continue de planer sur la venue effective du général, plusieurs fois reportée. Son dossier juridique n'a toujours pas été tranché à quelques jours de son retour annoncé. Le général Aoun est accusé par la justice libanaise "d'usurpation du pouvoir", de "détournement de fonds" et d'avoir nui aux "relations avec un pays ami", la Syrie, en raison de ses dépositions devant le Congrès américain qui ont permis le vote de la loi des sanctions américaines contre Damas.Il se déclare innocent de toutes ces accusations.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com