Bande de Gaza : Israël examine le sort des maisons des colons





Le Quotidien-Agences Des ministres israéliens examinaient hier le sort des habitations des colons appelés à être évacués cet été de la bande de Gaza, après que le chef du gouvernement Ariel Sharon et le ministre de la Défense se sont prononcés pour leur maintien. Sharon a réuni une commission interministérielle en fin de matinée chargée de remettre ses conclusions au gouvernement en vue d'un changement d'une décision qu'il avait prise en juillet dernier de détruire les bâtiments. Le ministre israélien de la Défense Shaoul Mofaz avait recommandé en avril, après consultation de l'état major, que les habitations des colons israéliens qui seront évacués cet été de la bande de Gaza, ne soient pas démolies. Toutefois, les synagogues et les bains rituels devraient l'être, alors que certains éléments seraient déménagés en Israël. Les bases militaires seraient-elles complètement démantelées. "Nous n'avons pas pour objectif de détruire les maisons des colons de la Bande de Gaza", avait déclaré pour sa part Sharon devant la commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense. "Shimon Peres (le numéro deux du cabinet israélien) s'occupe de cette question (...) Des contacts sont en cours pour coordonner le désengagement avec l'Autorité palestinienne", avait encore dit Sharon. Peres avait quant à lui accueilli favorablement en février la proposition du milliardaire des Emirats arabes unis Mohammad Al-Abbar d'acheter les maisons des colonies de la Bande de Gaza qui doivent être évacuées en 2005. Il a réaffirmé hier son opposition à la destruction des maisons, soulignant dans une interview à la radio publique, "l'importance cruciale d'une relance de l'économie dans la Bande de Gaza après le retrait israélien, la misère alimentant le terrorisme". "La destruction des maisons laisserait un million et demie de mètres cubes de gravats", a indiqué pour sa part le ministre de l'Environnment Shalom Simhon, opposé à la destruction des bâtiments. Il a estimé le coût du déblaiement à 18 millions de dollars, sans compter les dommages écologiques liés à une telle opération. En avril 1982, Ariel Sharon, alors ministre de la Défense, avait fait raser au bulldozer les colonies établies par l'Etat hébreu dans la péninsule égyptienne du Sinaï, après la signature du traité de paix israélo-égyptien de Camp David en 1979.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com