«Ostinato» : Le cercle de la danse





De la gestuelle vibrante, souple et gracieuse à la fois ... Et de l’inspiration pour raconter la danse dans le monde. Rita Quaglio, comme une déesse au centre de l’univers lumineux de Francesca Lattuada. Une chorégraphie imprégnée du baroque au contemporain en passant par le classique et l’indien. Corps, émotion, espace et mouvement ... La danse est une combinaison toujours réinventée de ces éléments. Dans son spectacle “Ostinato” présenté mardi soir au Théâtre de la ville de Tunis dans le cadre des 4èmes rencontres chorégraphiques de Carthage, la compagnie française Festina Lente nous invite à redécouvrir l’univers de la danse à travers une chorégraphie où ces quatre éléments sont agencés selon une harmonie intérieure à laquelle la chorégraphe Francesca Lattuada et la danseuse Rita Quaglia se sont associées pour nous la transmettre avec une économie de mouvements et d’effets techniques. La circularité, que définit aussi bien la scénographie que la chorégraphie et que l’interprète décline de mille et une gestuelles, renvoie peut-être aux idées de l’univers, de cycles, de temps. La danse n’est-elle pas une manière de tournoiement (les derviches tourneurs nous le rappellent), d’élan et d’envol. Le centre de gravité se déplace sans cesse, l’espace s’étend, l’univers se déploie dans une infinité de mouvements. Reste le corps qui trébuche, tâtonne, cherche son équilibre, puis se déploie à son tour en une multitude d’expressions, de sensations, d’émotions. La danse - ou la danseuse dans ce cas - réinvente l’espace, le recrée au gré de ses élans intérieurs et de son énergie débordante et calmement maîtrisée. Un espace baigné de lumières dorées et immergé dans un océan où toutes les cultures populaires du monde se croisent et fusionnent sous l’ombre d’un voile d’abstraction. Comme une petite musique de nuit, comme un murmure séduisant de jour qui font bouger, danser l’univers et ses astres et ses corps. C’est donc à cette sorte de mouvement que nous a conviés l’Italo-Française, Francesca Lattuada. Cette Milanaise d’origine âgée de quarante-trois ans est installée en France depuis 1985. Formée par les maîtres contemporains du théâtre de la danse comme Tadeus Kantor, Crotowski et Pina Bausch, elle s’est aussi passionnée pour les formes de spectacle extrême-orientales, notamment le Nô et le Kabuki japonais. Son spectacle Ostinato confirme d’ailleurs ces influences ne fut-ce que par son inspiration mystique. “Chorégraphe à l’œuvre portéiforme, tour à tour dessinatrice, costumière, chanteuse et metteur en scène, Francesca Lattuada a créé ce solo spécialement pour la danseuse Rita Quaglia, avec le désir partagé d’évoquer les archétypes de la danseuse et de revenir aux fonctions essentielles de la danse”, lit-on dans l’affiche culturelle que publie mensuellement l’Institut français de coopération de Tunis. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com