S.T. : Qu’on arrête le cirque !





Le plus gros problème auquel s’est trouvé confronté le Comité directeur stadiste était financier. Or, il s’avère à présent que le véritable mal est bien plus profond et concerne les hommes beaucoup plus que l’argent. La crise financière était réellement dure à gérer, mais elle n’est pas propre au S.T, et tous les clubs en souffrent. Les solutions d’urgence existent et peuvent assurer un minimum de budget pour gérer le quotidien du club, en attendant d’y voir plus clair à l’avenir. Mais là où le bât blesse, c’est quand on voit des dirigeants qui luttent en principe pour une même cause: oublier les soucis majeurs du club et s’ouvrir un front de bataille interne qui finira sûrement par faire exploser tout l’édifice bâti depuis le début de la saison. Voilà déjà quelques mois que le président du club et son premier adjoint ne se réunissent plus ensemble, ne se consultent plus pour ne pas dire qu’ils ne se parlent plus. Jusque-là, le différend pouvait être réglé, mais voilà que la tension a gagné en intensité et que le malentendu s’est réellement transformé en une guerre entre deux dirigeants censés être les premiers à rassembler les gens et plaider pour l’union sacrée autour du club, déjà affaibli par une gestion catastrophique. Les dernières déclarations en série de M. Ahmed Salhi, premier vice-président, ont de quoi surprendre car il s’en prend à M. Mohamed Acheb et le débat a dépassé le cadre du comité directeur pour toucher d’autres points à aspect personnel. On dirait qu’il s’agit là d’un règlement de compte et cette situation ne peut plus durer car elle finira par envenimer l’ambiance au Bardo, créer de nouveaux clans et enfoncer davantage le club. Le silence de M. Acheb a, pour le moment, empêché la “guerre” de prendre des dimensions catastrophiques, mais il va falloir arrêter ce cirque et prendre des décisions. Et si les gens du Stade Tunisien s’avéreraient incapable de le faire, les autorités sont également appelées à intervenir car elles ont donné leur aval pour que ce duo prenne en charge les destinées du S.T et il leur incombe à présent de trouver le meilleur remède à un mal qui s’accentue de jour en jour. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com