Festival de la Musique Tunisienne : L’arbre a caché la forêt !





La prestation du trio Sonia M’barek, Ziad Gharsa et Nabiha Karaouli qui a clôturé l’ouverture de la 16ème édition du festival de la musique tunisienne au Théâtre municipal de Tunis a constitué la révélation d’une soirée ordinaire. La première partie de la soirée a été consacrée à la projection d’un film documentaire qui a mis en relief les moments forts de précédentes éditions du festival de la musique tunisienne. Plus étoffée, la deuxième partie a été marquée par la prestation de jeunes chanteurs dans les différents concours. Cette partie avait au menu trois concours portant sur les nouvelles mélodies musicales de l’année 2004, ainsi que trois autres consacrés aux chansons tunisiennes de l’année ainsi qu’un concours des projets musicaux complets. C’était le cas du jeune prodige Tahar Guizani qui a eu l’honneur d’ouvrir le bal. Il a présenté une composition dénommée «Chahed», tirée du patrimoine de la chanson tunisienne, reproduite avec des improvisations modernes. D’autres jeunes pleins de talent ont eu à se produire, durant cette partie, soit en interprétant leurs propres chansons ou celles d’autres grands noms de la chanson tunisienne moderne ou composant habilement dans un style très modernisé les mélodies tunisiennes d’antan. C’était le cas d’ailleurs du flûtiste Naoufel Manaâ qui a enchanté et plongé le public du Théâtre municipal dans les rythmes nostalgiques du désert. Il a donné l’impression de jouer tantôt un style de musique à base seulement de cet instrument, tantôt il le mixait avec des rythmes bien fignolés. Cette partie a été clôturée par la prestation du spectacle présenté dans le cadre du concours des projets musicaux complets. Ce spectacle qui avait pour thème «Hikayat Hob», traduisez : «Histoire d’amour», a été présenté dans le style des spectacles d’antan. Il a été dirigé par le duo Tahmeur Abdeljawed et Leïla Charaf. La chorégraphie réalisée par Mokdad Shili est une invitation à découvrir les différentes facettes de la culture tunisienne. Accompagnés par une douzaine de jeunes danseurs et d’acrobates, Thameur Abdeljawed et Leïla Charaf ont signé une prestation digne du carnaval. Ils y ont eu recours à la morale du grand poète arabe, Abou Firass Al Hamadani, tantôt pour véhiculer leur message, tantôt pour donner au public une leçon de morale. La soirée a été clôturée par une prestation inédite de Sonia M’barek, Ziad Gharsa et Nabiha Karaouli qui ont interprété quelques chansons dont «Machmoum Baba» dédiée à Feu Tahar Gharsa, le père de Zied. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com