Cisjordanie : Le chef du renseignement palestinien claque la porte





Le chef du renseignement palestinien en Cisjordanie a démissionné, reprochant au président Mahmoud Abbas l'insuffisance des mesures prises contre l’effritement de l'état de droit en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Le Quotidien-Agences "Je ne peux pas travailler dans ces conditions", déclare Taoufik Tiraoui dans la lettre de démission qu'il a remise à Abbas à l'issue d'une réunion des chefs de la sécurité palestinienne au QG du président palestinien, à Ramallah, ont précisé des responsables palestiniens. Tiraoui, le responsable de la sécurité palestinienne le plus haut placé à démissionner depuis l'élection d'Abbas à la tête de l'Autorité palestinienne, a annoncé sa décision au lendemain de coups de feu tirés par des hommes armés proches du Fatah sur la Moukataa, à Ramallah. Ces hommes, membres des Brigades des martyrs d'Al Aksa, s'étaient ensuite livrés à des déprédations en ville. On ignore dans l'immédiat si Abbas, qui est réputé avoir de bons rapports avec Tiraoui, va lui demander de revenir sur sa décision. D'après les responsables, Tiraoui s'est plaint de ce que les autres chefs des organes de sécurité palestiniens n'aient pas fait assez pour faire respecter la loi dans les territoires, comme l'a promis Abbas après avoir succédé en janvier à Yasser Arafat. Peu auparavant, Abbas avait expulsé de la Moukataa les 26 activistes armés accueillis par Arafat au plus fort de la quatrième intifada. Ces 26 hommes figurant sur la liste des 70 membres des Brigades des martyrs d'Al Aksa recherchés par Israël, s'étaient opposés à la demande de désarmement formulée par Abbas dans le cadre de ses engagements vis-à-vis d'Israël. Un porte-parole de ces hommes armés a déclaré que les 26 activistes avaient quitté la Moukataa et s'étaient réfugiés dans des endroits tenus secrets à Ramallah. Six d'entre eux sont responsables des tirs essuyés mercredi par la Moukataa, ont indiqué les responsables palestiniens. Autre signe de l'anarchie croissante dans les territoires palestiniens, une foule en colère a brûlé des tentes abritant des bureaux de la police palestinienne à Toulkarem, en Cisjordanie, après que la police eut blessé par balles trois suspects. "Abbas a donné l'ordre d'empêcher toute violation de la sécurité et toute atteinte aux biens des citoyens", a déclaré un porte-parole du président palestinien. "Des unités de sécurité ont été déployées pour empêcher de nouvelles attaques." Abbas peine à rétablir l'état de droit, à éradiquer la corruption et à reprendre en main les forcesa de sécurité, après le laisser-aller qui a caractérisé les dernières années du règne d'Arafat.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com