Pour faire passer le retrait de Gaza : Sharon cède Al Khalil aux colons





Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a donné des gages, lundi, aux ultra-nationalistes israéliens hostiles au retrait de Gaza en écartant tout retrait de la ville d’Al Khalil, dans le sud de la Cisjordanie. Le Quotidien-Agences Sharon a affirmé que l'enclave juive au cœur de la ville palestinienne d’Al Khalil, notamment le Caveau des Patriarches, vénéré par les juifs et les musulmans, était "un atout stratégique" pour le judaïsme et qu'Israël se devait de garder. Quelque 500 colons, considérés comme parmi les plus radicaux, vivent sous forte protection militaire à Al Khalil, au milieu de plus de 150.000 Palestiniens. S'exprimant devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du parlement, Sharon a évoqué à cette occasion l'importance d'autres tombeaux vénérés, comme la tombe de Rachel, près d’Al Khalil. Mais ces propos n'ont pas convaincu les représentants de l'extrême droite au sein du la commission. "Je ne crois pas un mot de Sharon puisqu'il y a deux ans à peine, il écartait toute évacuation d'implantation de la Bande de Gaza", a déclaré aux journalistes le député nationaliste religieux Effi Eitam. Dans le camp opposé, le député Yossi Sarid, du parti de gauche Meretz, a affirmé que Sharon ne comprenait toujours pas les dangers de la colonisation bien qu'il s'apprête à retirer cet été les colons et l'armée de la bande de Gaza. "Les colonies ont été la plus grosse erreur du mouvement sioniste lors des trois dernières décennies", a-t-il déclaré . "Il a fallu 30 ans à Sharon pour le comprendre s'agissant de la bande de Gaza mais, malgré cela, il a le culot de parler maintenant de la valeur stratégique" du réduit juif d'Al Khalil, a-t-il ajouté. Sharon a prévu par ailleurs de rencontrer les représentants du Goush Katif, le bloc d'implantations de la Bande de Gaza. Il veut discuter avec eux des indemnités que son gouvernement veut octroyer aux 8.000 habitants des vingt-et-une colonies de Gaza et aux quelque 300 autres vivant dans quatre colonies isolées en Cisjordanie, appelées à être évacuées en juillet. L'annonce de cette rencontre, prévue aujourd’hui, a suscité de vives dissensions parmi les colons mais les représentants du Goush Katif ont fait savoir qu'il leur "appartient de prendre (leur) destin en main et d'être ouverts aux réalités, sans boucher les yeux et les oreilles". Le coût total du retrait a été fixé à 1,5 milliard de dollars et les dépenses seront étalées sur les années budgétaires 2006 et 2007. Selon la loi sur les compensations, les colons devraient obtenir près d'un milliard USD. Sharon a affirmé qu'Israël n'était pas désireux de raser les quelque 2.000 maisons ou bâtiments des colons appelés à être évacués de Gaza, mais qu'aucune décision n'avait été prise .


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com