Société de l’Information : Les enjeux socio-culturels en débat





Tunis - Le Quotidien Des théoriciens de l’information, des chercheurs universitaires tunisiens et étrangers sont en conclave depuis hier dans un hôtel de la banlieue nord dans le cadre d’un colloque organisé par l’IPSI pour échanger idées et approches autour du thème «Penser la société de l’information». Le colloque a été ouvert par M. Abdelwaheb Abdallah ministre conseiller auprès du Président de la République qui a mis en exergue la dynamique de la révolution technologique vécue par la Tunisie. Il a notamment précisé que la société de l’information ne doit pas se cantonner à mettre en place l’infrastructure technologique nécessaire mais doit plutôt élaborer une stratégie globale prenant en considération les valeurs culturelles, politiques, éducationnelles de chaque pays. La séance inaugurale a été marquée par l’intervention de M. Daniel Bougnoux, professeur en communication qui a parlé de l’approche médiologique de l’information. Pour lui, la communication l’emporte sur l’information. «La communication de par sa diversité (pub, musique, autres…) nous relaxe et nous produit un massage plutôt qu’un message», dit-il. «Nous vivons aujourd’hui dans un même village mais chacun dans sa bulle. Le monde devient de plus en plus segmenté. Nous sommes placés dans une situation délicate et nous devons être attentifs à l’égard de ce phénomène», dit-il. M. Fathi Triki, professeur de philosophie, a abordé dans son intervention l’éthique et la communication insistant sur la nécessité de respecter les règles et principes qui guident l’action de l’homme dans la société. M. Youssef Ben Romdhane, maître de conférence à l’IPSI a soulevé de son côté la question de la traduction de concepts théoriques dans d’autres langues sans que celle-ci ne prenne en considération les réalités du pays concerné. Les débats se sont animés lorsque M. Alex Mucchielli professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Montpellier III prit la parole pour critiquer la dénonciation de cette société utopique d’une manière systématique. «Il faut sortir du prêt-à-porter intellectuel pour penser autrement ce monde. Nous devons sortir de ce mode de pensée pour bien réfléchir aux divers problèmes de notre planète», dit-il. Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com