Jean-Jacques Tizié: “Calme et prudence”





L’exemple du sérieux et de la sécurité, Jean-Jacques Tizié, le gardien espérantiste est revenu dans la cage pour aider ses jeunes camarades à passer le cap de Kaiser Chiefs. Notre invité aujourd’hui présente le rendez-vous de tout à l’heure et appelle en même temps à la vigilance. Après une longue absence pour blessure, vous venez de retrouver la compétition. Comment vous sentez-vous à l’heure actuelle physiquement et mentalement? — J’estime que sur ces deux plans là, je me porte plutôt bien. Avec le temps, j'ai récupéré des séquelles de la blessure contractée le 20 février à Sousse. Seulement, sur le plan technique, ce n’est pas encore le top. Cela viendra avec la compétition. Mais que les supporters sang et or se rassurent, je me sens bien dans la cage et mon vécu me permet de tirer mon épingle du jeu en attendant les meilleures sensations. Cet après-midi l’Espérance aura fort à faire face aux Kaiser Chiefs. Quel sera votre principal aiguillon? — Dans ce genre de confrontation, il est important de marquer des buts sans en encaisser. Ce sera là la seule vérité du match. Tout le reste ne sera que pure littérature. Et pour y arriver, il faudra jouer vite et bien tout en gardant son calme aux moments cruciaux. Comment jugez-vous l’adversaire sud-africain? — Même si le football sud-africain a perdu de sa superbe ces derniers temps, Kaiser Chiefs demeure un grand club. Il vient de battre Sundowns, le leader, malgré son infériorité numérique. Son football est axé sur la puissance et la technique. Alors, méfiance. Pendant votre convalescence, vous avez vu l’Espérance jouer. Comment évaluez-vous ses dernières prestations? — On est en train de se bonifier de match en match. Malgré les nombreuses absences et le manque d’expérience de certains éléments, l’équipe se porte plutôt bien et son avenir ne peut qu’être radieux. D’ailleurs, les anciens ont un rôle important à jouer dans l’encadrement des jeunes. Justement, cette jeune classe a-t-elle les moyens d’aller jusqu’au bout dans cette Ligue des Champions? — L’essentiel, selon moi, c’est de construire une équipe solide pour l’avenir. Le titre ne doit pas constituer une obsession. Si en fin de parcours le trophée est là, tant mieux, sinon on aura gagné une belle équipe. Parmi cette jeune génération, il y a le gardien Kasraoui. Comment jugez-vous ses dernières sorties? — Il progresse notablement. Il a besoin de temps et de confiance. Il faudra aussi lui pardonner les éventuelles erreurs pour ne pas freiner son évolution. En tout cas, il est sur la bonne voie. Qu’est-ce qui vous permettrait tout à l’heure d’aller au bout de vos ambitions? — On devra demeurer calmes et prudents jusqu’au bout. Car une victoire peut se dessiner même dans les ultimes minutes de la rencontre. Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com