Allergies printanières : Le pollen des oliviers, principal pathogène en Tunisie





Nombre de nos concitoyens appréhendent l’avènement du printemps, la saison par excellence qui aiguise les allergies asthmatiques Tunis - Le Quotidien Les pneumologues classent en fait les pathologies de l’asthme et de l’allergie parmi les maladies chroniques saisonnières. Il s’agit de pathologies symptomatiques dont le traitement s’attaque aux causes de la maladie. Les différentes formes d’allergies qui se développent trouvent en fait de multiples pathogènes et facteurs qui font que le traitement se limite à la vaccination et à la sensibilisation. Le printemps se présente en effet en tant que saison la plus propice à la prévalance de maladies allergiques. L’éclosion des fleurs qui fait répandre dans l’air des milliers de variétés de pollens représente d’après les allergologues le principal facteur des allergies du printemps en Tunisie. La flore de la Tunisie qui est très riche et variée et qui comporte des milliers de catégories de plantes libère pendant le printemps d’énormes quantités de poussières de pollens, qui s’attaquent directement au système respiratoire des personnes allergiques. Le Docteur Sadok Rjeb, allergologue nous indique à cet effet que le nombre des Tunisiens qui souffrent de pathologies allergiques est en passe de progresser rapidement. Cette expansion est due à divers facteurs aussi bien environnementaux liés à la pollution que comportementaux. D’après ce spécialiste, les pollens des oliviers représentent le premier pathogène de plusieurs allergies respiratoires répandues en Tunisie. Viennent ensuite les acariens qui se développent dans les tissus et les meubles et qui profitent de l’humidité des milieux fermés. «C’est pour cela qu’il est vivement conseillé d’aérer toujours les chambres pour éliminer les acariens», souligne-t-il. Chapitre traitement, l’allergologue précise qu’«un traitement de fond n’est pas possible pour la quasi-majorité des cas allergiques». Toutefois la sensibilisation représente une solution efficace pour permettre au patient d’éviter les complications. «Grâce à un bon diagnostic, on est généralement capable de diminuer l’impact de cette pathologie dans plus de 80% des cas», précise-t-il. En matière de prévalance des allergies dans le monde, le spécialiste a rappelé que ce sont des maladies qui sont en cours de gagner du terrain dans le monde «Par exemple, si on prend le cas de la ville de Marseille, on constate qu’elle enregistre pratiquement le même taux que celui de Tunis», affirme-t-il. Force est de constater que le traitement des allergies respiratoires repose toujours sur une bonne prévention et une meilleure capacité d’adaptation aux facteurs climatiques et tout ce qu’ils engendrent comme allergies. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com