Pékin : Manifestations violentes contre le Japon





Le Quotidien - Agences Plusieurs milliers de Chinois ont manifesté, parfois violemment, hier à Pékin, s’en prenant notamment à l’ambassade du Japon, pour protester contre la publication au Japon de manuels scolaires minimisant la colonisation et les atrocités nipponnes commises en Chine. Dans une première réaction officielle hier soir, le gouvernement japonais a qualifié les incidents, qui ont visé son ambassade, mais aussi la résidence de l’ambassadeur et un restaurant nippon, d’ “extrêmement regrettables”. Partie dans la matinée du quartier universitaire, cette manifestation appelée via l’Internet a de fait été autorisée par le gouvernement communiste qui tolère pourtant rarement les protestations populaires. Chantant l’hymne national et scandant des slogans comme “A bas le Japon!” et “Boycottez les produits japonais!”, dix mille personnes, selon la police, vingt mille, selon les organisateurs, ont marché entre l’Université de Pékin, la représentation nipponne située à une quinzaine de kilomètres plus loin. Les manifestants, qui portaient des banderoles anti-japonaises ou brandissaient des drapeaux chinois, entendaient dénoncer le “révisionnisme” du Japon, accusé de minimiser les atrocités perpétrées lors de sa colonisation d’une partie de l’Asie dans les années 30. La manifestation d’hier s’est déroulée quatre jours après la publication au Japon de manuels scolaires qui n’emploient pas le mot “invasion” pour évoquer la colonisation nippone et qualifient seulement d’ “incident” le massacre de Nankin, au cours duquel l’armée japonaise a tué 300.000 soldats et civils chinois en 1937. Cette nouvelle tension entre le Japon et la Chine, aux relations toujours difficiles malgré une coopération économique croissante, intervient dans un contexte bilatéral marqué par plusieurs différends : disputes territoriales, notamment dans des zones pétrolifères, question de Taïwan ou encore celle du siège au Conseil de sécurité de l’ONU réclamé par Tokyo. Démarrée dans le calme, la manifestation a quelque peu dégénéré avant une dispersion bien organisée, ont constaté des journalistes de l’AFP. Des canettes, des bouteilles et des œufs ont été jetés sur la mission diplomatique japonaise, la police tentant de son côté de contenir une foule devenant de plus en plus excitée. La résidence de l’ambassadeur du Japon, dans un autre quartier de la ville a également été attaquée à coups de pierres. Non loin de là, un peu plus tôt, des manifestants avaient lancé des pierres contre la vitrine d’un restaurant japonais et des employés, chinois, avaient été insultés.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com