Consommation de l’électricité : L’été de tous les excès…





Tunis-Le Quotidien D’après plusieurs études effectuées par la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) portant sur l’évolution de la consommation de l’énergie électrique à l’échelle nationale, il s’avère que la courbe de charge électrique est caractérisée par des périodes de pointe au cours desquelles la demande en électricité enregistre des pics. En fait la charge maximale annuelle de pointe est souvent enregistrée dans la matinée plus précisément vers midi, en été. Cela s’explique notamment par l’utilisation accrue de la climatisation. La STEG a en fait effectué en 1998 une enquête à ce propos. Les résultats font ressortir que la puissance des appareils de climatisation est estimée à 350 MW dont 53% relèvent de l’activité des services, 21% chez les clients domestiques et 26% pour le reste des clients. Par ailleurs, et par le passé, plus précisément durant les années 80, la courbe de charge électrique est caractérisée par un pic le soir en hiver, dû à un appel important à la charge pour la consommation domestique (éclairage, télévision...). A partir du début des années 90, une nouvelle tendance commence à se développer. D’après des explications de M. Abderrahman Ennoumi, ingénieur principal à la STEG, parues dans une édition récente de la «Revue de l’Electricité et du Gaz» de la STEG, le pic, appelé pointe du soir, s’est accompagné, à partir de la fin de 1988, d’une nouvelle pointe du jour qui s’étale entre 9h et 13 h et qui a commencé à prendre de l’ampleur surtout durant la saison de grande chaleur. Ce phénomène de pointe du jour est observé surtout durant les mois de juillet et août. Et depuis 2003, cette pointe a été aussi signalée au cours des mois de mai, juin et septembre. La STEG, en vue de cerner les raisons sous-jacentes de ce phénomène, a mené une étude sur les périodes d’été de cinq années successives. Cette étude a permis de déterminer l’influence de la température sur la courbe de charge. En effet, dans l’intervalle de température 27-43°C, la variation de la courbe de charge suit la même forme de celle de la température. Autrement dit 1°C supplémentaire fait évoluer la pointe de 9 MW en moyenne. * Se climatiser au gaz ! Toujours d’après l’exposé de l’ingénieur de la STEG, la substitution de la climatisation électrique par la climatisation à gaz serait très rentable, surtout dans les grandes surfaces, les hôpitaux, les hôtels, les administrations, les aéroports... Par le biais de cette climatisation au gaz, et en supposant que la climatisation représente 25% de la consommation d’électricité, on obtiendrait un allégement de la demande de pointe d’électricité de l’ordre de 15 MW quand par exemple la moitié des établissements hôteliers et hospitaliers existants adoptent la climatisation au gaz. Au Japon, rappelons-le, la climatisation au gaz est utilisée sur plus de 80% du territoire. Aux USA, la portion passe à 85%. Alors qu’en France on estime à plus d’un (1) million de m2 les surfaces habitées qui sont climatisées au gaz. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com