Il pensait avoir tué son épouse et son amant..!





Ni la neige, ni le froid de canard et encore moins la distance ne l’ont empêché d’aller voir sa maîtresse. Seulement, il devait faire face à cet événement imprévu qui allait transformer ces retrouvailles amoureuses en un véritable drame social... Tunis - Le Quotidien Si l’hiver était une ville, on n’irait par quatre chemins pour dire que c’est le Kef d’autant que depuis des semaines et des semaines, les flocons de neige s’amassaient sur les hauteurs habillant en blanc les montagnes environnantes, les plaines et les collines. Ce paysage romantique est certes superbe, mais ne peut éviter aux gens de subir ce froid de canard. L’on s’organise alors comme on peut pour apaiser, un tant soit peu, les sautes d’humeur de dame nature. Car lorsque le froid commence à faire des siennes, tous les moyens sont bons pour s’en protéger, quitte à ingurgiter de l’alcool pour retrouver une certaine chaleur. C’est ce que le principal protagoniste dans cette affaire a choisi de faire. Il est allé justement dans un bar de la ville. Après avoir passé des heures et des heures à se soûler, il s’est rappelé que cela fait un bon bout de temps qu’il n’a pas revu sa maîtresse. Il s’agit d’une femme mariée qui habite un bourg reculé situé à quelques encablures de la ville du Kef. Son époux avait choisi d’émigrer à Tunis pour travailler. L’agriculture n’étant plus une activité rentable, il s’est trouvé dans l’obligation de quitter sa jeune épouse et d’aller tenter sa chance sous d’autres cieux. Il faut dire qu’au début, il faisait en sorte de se libérer les week-ends pour rentrer au bled, mais à la longue ces navettes sont devenues un fardeau. Raison pour laquelle il lui arrivait de rester des semaines et des semaines sans nouvelles de sa femme dont la solitude commençait à peser sur ses épaules puisqu’elle avait besoin d’un homme pour la protéger des regards des curieux et de la convoitise des renards. Encore faut-il que la jeune épouse ait les ressources nécessaires pour chasser les mauvaises idées et repousser la tentation. Malheureusement, ce n’était pas le cas puisqu’elle a succombé à la première invitation. Un marchand ambulant n’a mis en effet que deux à trois quarts d’heure pour dompter cette proie facile à piéger. Du coup, les deux tourtereaux ont fait de la maison de l’épouse un nid pour leurs “amourettes”. A vrai dire, dans l’état où il était, il ne pouvait trouver meilleur endroit pour se protéger du froid que la maison de sa maîtresse où il pouvait toujours s’engouffrer sous les draps et les couvertures et goûter, par la même occasion, aux délices charnels. Il n’hésita pas ainsi le moindre instant à prendre la route subissant au passage le froid et même les flocons de neige qui rendaient difficile ce périple nocturne. Finalement, il échoua chez sa maîtresse. Il ouvrit la porte et pénétra à l’intérieur. Il ne savait pas qu’il allait tomber nez à nez avec l’époux légitime qui, sur un coup de tête, avait décidé de rentrer chez lui. Il n’y avait aucun doute que l’amant était un habitué des lieux. Du moins, telles étaient les déductions de l’époux qui, dans un sursaut d’orgueil, s’est jeté sur ce visiteur lui assénant plusieurs coups de poing. Et comme cela ne lui a pas suffi, il s’est retourné vers sa femme lui faisant subir le même sort. Après quoi, il est allé chercher une fourche à plusieurs dents avant de s’attaquer aux deux amants et les blesser grièvement. Il pensait que de la sorte, il les a tués. Heureusement que ce n’était pas le cas puisque après s’être rendu aux agents de la garde nationale, les enquêteurs se sont déplacés sur les lieux du crime et découvrirent que les deux victimes étaient encore en vie. L’épouse a été écrouée en attendant d’être traduite en justice. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com