Art plastique : Palette aux coloris non assortis





Ils sont une pléiade de professeurs d’art plastique et plus précisément quarante sept. Ils ont installé leurs chevalets et se sont improvisés lissiers, peintres ou sculpteurs pour éparpiller une liasse de formes et de couleurs dans un espace de libre échange artistique, le temps d’une exposition. L’occasion? C’est l’avènement de l’exposition annuelle des membres de l’Association tunisienne de l’éducation artistique à la Maison de la Culture Ibn Khaldoun. Ce qui mérite d’être relevé lors de cette exposition qui se poursuit jusqu’au 25 avril c’est que les expériences artistiques varient d’un exposant à un autre. La qualité des tableaux aussi. On est surtout surpris par le prix de certaines œuvres, ne justifiant pas vraiment pas leur qualité. L’œuvre de Hédi Trabelsi a un prix relativement exorbitant. Fixé à 2.800,000 DT le tableau est intitulé “sans commentaire”. Effectivement! Somme toute, on finit par apprécier quelques tableaux, frôlant le smig de la qualité. “Les cris de la vie” de Issa Gouraâ, traduit la frugalité des visages humains dans la pénombre d’une toile. Dans “Les vieux de la Médina”, œuvre figurative, Hamadi Skik s’est exprimé dans un camaïeu de couleurs ocres qui flattent le regard par la chaleur d’un dégradé rappelant les beautés d’Orient. Sana Ben Abdelkader, dans “Nostalgie” nous livre une belle escapade à travers les signes du patrimoine. Cela en vaut le détour. L’exposition aussi. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com