Tunis : Il falsifie treize chèques et écope de sept ans de prison





Il lui arrive de glisser sa mains dans la caisse et s’emparer de quelques billets de banque. Seulement, cette fois-ci, il est allé un peu loin puisqu’il a dérobé le carnet de chèques de son patron pour offrir du bon temps à sa petite copine ... Tunis - Le Quotidien Il est chargé de l’approvisionnement dans une entreprise spécialisée dans la vente de pièces de rechange. De ce fait, d’importantes sommes d’argent circulent entre ses mains. Et comme il est assez difficile de contrôler avec exactitude la fiabilité des documents comptables tenus par cet employé, il lui arrive de mettre la main dans la caisse et s’emparer ainsi de quelques billets de banque sans éveiller les soupçons de son patron. Entre-temps, il fit la connaissance d’une cliente assez belle pour le laisser indifférent. D’emblée, il lui fit les yeux doux et, à la longue, lui déclara son admiration. Ce fut le début d’une relation assez déséquilibrée, d’autant qu’elle était basée sur le profit. Dès le départ, d’ailleurs, la couleur a été annoncée. La jeune dame voulait profiter justement du poste de son amoureux lequel pouvait, à tout moment, lui fournir les pièces de rechange pour sa voiture. En revanche, notre employé pouvait toujours profiter de la jeunesse et l’épanouissement que pouvait lui offrir cette cliente. Peu à peu, les caprices de la jeune dame dépassèrent les limites, obligeant son prince charmant à réfléchir pour trouver les moyens afin d’être à la hauteur des aspirations de sa dulcinée. De ce fait, il n’hésita pas le moindre instant à voler le carnet de chèques de son patron. Il se mit, dès lors, à en émettre des chèques à gauche et à droite, jusqu’au jour où la banque refusa d’honorer l’un de ces chèques. Le patron fut alors convoqué à l’agence. Bien évidemment, après avoir examiné le chèque en question, il informa ses banquiers de la falsification de sa signature. Informés, les auxiliaires de la justice entamèrent une enquête qui allait aboutir à l’arrestation de l’employé. Interrogé, ce dernier passa aux aveux, déclarant avoir émis treize chèques et ce pour satisfaire les caprices de sa maîtresse. L’accusé a été traduit récemment en justice et il a été finalement condamné à sept ans de prison. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com